articles

ARTICLES

jeudi 1 février 2018

Togo : les syndicats sabotent la révolution avec des revendications catégorielles

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 01/02/2018







LIRE :

Togo marche du 31 janvier pour virer Gnassingbé. Il faut 500000 délégués de base adultes 16000 délégués pionniers et 8000 délégués juniors pour mettre fin à l'impérialisme et virer Gnassingbé





5 mois que la révolution a commencé.
5 mois que presque chaque semaine la population togolaise sort massivement dans les rues en demandant le départ de Faure Gnassingbé.
Et les syndicats de la Formoisie compradore viennent tous pourrir avec leurs revendications catégorielles.
Ils viennent mendier Gnassingbé alors que la question est de le dégager de son poste de Président.
Les partis de l'opposition ne valent pas mieux que ces syndicats car ils refusent toujours d'avoir pour revendication "Gnassingbé dégage" et ils réclament toujours le retour à une constitution esclavagiste légitimant les salaires à 39€/mois !!!!
Quand la population réclame le départ du dictateur.
La coalition des 14 partis de l'opposition réclame  le "retour à la constitution de 1992". Une constitution réalisée sous un régime impérialiste.

"La coalition des 14 partis de l’opposition togolaise a tenu mercredi à Lomé et dans d’autres villes du pays sa première manifestation publique d’une nouvelle série annoncée pour trois jours. Le mot d’ordre reste toujours  le même : retour  à  la constitution originelle de 1992, révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote des Togolais de l’étranger entre autres." Togo Breaking News
 Les manifestants eux ne sont pas prêts de lâcher quoi que ce soit. Ils veulent la chute du dictateur Faure Gnassingbé un point c'est tout.
Ils n'ont que faire du retour à la constitution de 92, le mot d'ordre des réformistes qui ont peur du peuple.

  PERDANT QUE TOUT UN PEUPLE RECLAME GNASSINGBE DÉGAGE ...
















LES SYNDICATS VIENNENT FAIRE L’AUMÔNE AUPRÈS DU PRÉSIDENT CRIMINEL FRANCEAFRIC GNASSINGBE ....

Après les enseignants qui demandaient des augmentations de salaire il y a un peu plus d'un mois, les fonctionnaires dans leur ensemble réclament eux aussi des augmentations de salaire. En pleine révolution .... Et alors qu'ils gagnent plus que la majorité de la population....

La petite bourgeoisie intellectuelle que dénonçaient Cabral et Sankara ce sont ces enseignants du Togo qui réclament des primes à Gnassingbé pour saboter la révolution togolaise

"APA-Lomé (Togo) - La Synergie des travailleurs du Togo (STT) a déposé lundi un préavis de grève de dix jours pour revendiquer le doublement de la valeur indiciaire, la restauration de l’indemnité de départ à la retraite et l’application de tous les statuts particuliers identifiés par la loi portant statut général de la fonction publique.
Dans sa correspondance en date du 29 janvier 2018, la coordination se dit dans l’obligation de soumettre « un préavis de grève de 10 jours francs conformément aux dispositions du décret portant réglementation du droit de grève dans la fonction publique ».
Selon la STT, les doléances transmises le 17 octobre 2017 par les travailleurs de l’administration publique n’ont pas trouvé de satisfaction, malgré une relance le 30 novembre.
Mise en place en janvier 2013, la STT est une centrale syndicale regroupant les praticiens hospitaliers, les enseignants et les fonctionnaires de l’administration générale." Africatime
Les enseignants ont repris leur mouvement pour l'augmentation de leur salaire et les professionnels de santé suivent le mouvement pour réclamer des augmentations de salaires.

"Après une grève de 72 heures récemment décrétée par les enseignants, c'est au tour des professionnels de la santé de lancer une grève de 48 heures ce mercredi.
Les travailleurs de la santé regroupés au sein du Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo (Synphot).
Ils réclament la construction de nouvelles infrastructures, l'équipement des structures sanitaires existantes et la protection du personnel soignant, entre autres." BBC
Ce sont donc les secteurs privilégiés au Togo, les diplômés qui viennent pleurer Gnassingbé pour améliorer leurs conditions de travail.
Ils viennent pleurer le représentant de l'impérialisme au lieu de le combattre.
Ce comportement a bien évidemment pour conséquence de pourrir une révolution pour virer Gnassingbé.
Quel sens peut bien avoir la réclamation d’intérêts catégoriels alors que la population a un  revenu moyen est de 39€/mois.

« Le revenu mensuel moyen par habitant au Togo s’élève à 42 $,
soit 500 $ par habitant et par an.
Source : Banque mondiale, 2012″

(après la conversion en euros cela fait 39€) JDN »


Ils ne se battent pas pour les plus pauvres, ils pourrissent la révolution "Gnassingbé Dégage" qui permettra à tous d'obtenir des revenus bien supérieurs.Et ils laissent les pauvres à leur sort.


CONCLUSION

La petite bourgeoisie intellectuelle décrite par Cabral pourrit la révolution en ne pensant qu'à ses petits interets de classe.
Le Togo la FAO compte" un tiers de la population sous-alimentée" et la mortalité infantile est 15 fois supérieurs à celle de la France. L'urgence est donc de virer Gnassingbé et virer les impérialistes afin d'offrir à chacun une vie décente.
Amilcar Cabral avait mis en garde les révolutionnaires de ce cancer de la trahison.

Amilcar Cabral , celui qui a œuvré pour l'indépendance de la Guinée-Bissau, a déclaré lors un discours sur le cancer de la trahison, après la mort du président Ghaneen Kwame N'Krumah :

"Pour ne pas trahir ces objectifs, la petite bourgeoisie n’a qu’un seul chemin: renforcer sa conscience [P.169] révolutionnaire, répudier les tentatives d’embourgeoisement et les sollicitations naturelles de sa mentalité de classe, s’identifier aux classes laborieuses, ne pas s’opposer au développement normal du processus de la révolution. Cela signifie que, pour remplir parfaitement le  rôle  qui lui revient  dans la lutte de libération nationale, la petite bourgeoisie révolutionnaire doit être  capable  de se  suicider  comme classe, pour ressusciter comme travailleur  révolutionnaire, entièrement identifiée avec les aspirations les plus profondes du peuple auquel elle appartient
Cette  alternative — trahir  la Révolution ou se  suicider comme classe — constitue le choix de la petite bourgeoisie dans le cadre général de la lutte de libération nationale." Extrait de Amilcar Cabral.  Unité et lutte. — I. L’arme de la Théorie.— François Maspero,Paris.  1980, pp.167-169

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire