articles

ARTICLES

lundi 11 septembre 2017

La campagne bidon du fasciste Kémi Séba prépare la dévaluation camouflée d'un FCFA-Cauri

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 09/09/17



« Cent FCFA ne valent plus que 1 franc français,
contre 2 quelques heures plus tôt.
Du jour au lendemain, des millions de foyers
ont alors vu leur pouvoir d’achat s’effondrer,
ressentant cette mesure comme un coup de poignard dans le dos
asséné par l’ancien colonisateur.
Vingt-deux ans plus tard, la plaie n’est pas tout à fait refermée.
( Jeune Afrique Le spectre d’une nouvelle dévaluation « imposée »
par la France continue de hanter la zone CFA
. »
)


En 1993, 1 euro valait 328 F CFA, moitié moins cher de sa valeur actuelle.
Et c’est précisément une opération du même genre
que sont en train de préparer Macron et Kémi Séba.
Pour diviser encore plus la valeur de la monnaie africaine.
Le projet est un FCFA s’approchant de 1000 FCFA pour 1 euro
et même plus.( infra)


« Les premiers billets libellés en cauris
[
pour la prochaine dévaluation Macron-Kémi Séba NdA]
ont été imprimés à Bangalore, en Inde,
et non plus à Chamalières, en France.
C’est beaucoup moins cher.

( Jeune Afrique)



CIRQUE KÉMI SÉBA VS
PRÉ-RÉVOLUTION AU TOGO
DEPUIS LE 19 AOÛT

Au moment où les cousins Togolais sont sur le point de renverser Gnassingbé, les médias français portent en héros le fasciste Kémi Séba parce qu’il a brûlé un billet de Franc CFA.
Comme toujours rien n’est fait au hasard.
Le 19 août dernier, les Togolais sont sortis massivement dans les rues. Le dictateur Franceàfric Gnassingbé a fait tuer plus de 4 personnes (peut-être 7)
Le même jour, à Dakar, le provocateur fasciste Kémi Séba, allié aux pires racistes de France, a brûlé un billet de 5000FCFA.
Le 6 septembre, ce sont un million de Togolais qui ont manifesté en exigeant le départ du tyran.
Le même jour, la Franceàfric - Macky Sall-Macron - crée un nouveau nuage de fumée en organisant le retour du fasciste Kémi Séba dans son pays natal – la France.
Le but est encore le même : envahir les médias et les réseaux sociaux avec un prétendu scandale créé de toutes pièces, afin de noyer les informations sur l’ampleur de la montée pré-révolutionnaire au Togo.
Naturellement, entre le 19 août et le 6 septembre, le provocateur Franceàfric Stellio Capo Chi Chi n’a pas écrit un seul mot de soutien aux manifestants du Togo, ni même un mot de compassion pour les familles des victimes de Gnassingbé. Logique : sa mission est précisément de camoufler la montée révolutionnaire en recrutant les naïfs.



La Franceàfric a prévu de se débarrasser de cette monnaie coloniale pour en créer une nouvelle tout aussi coloniale et qui va lui permettre de faire encore plus de profits sur la sueur et le sang des Africains.

LE CAURI
NOUVELLE MONNAIE
= DEVALUATION
FRANCEAFRIC

Selon un article de Jeune Afrique publié en novembre dernier, tout est déjà écrit. L’auteur de l’article Alain Faujas (ex-journaliste du Monde passé à Jeune Afrique), nous donne déjà la date de l’introduction de la nouvelle monnaie dans toute la zone Franceàfric : 1er janvier 2022.
Jeune Afrique (2° porte-parole de la Franceàfric après RFI – radio-colonies) se félicite d’ailleurs de ce que l’impression des nouveaux billets ne sera pas confiée à des Africains :
« Les premiers billets libellés en cauris ont été imprimés à Bangalore, en Inde, et non plus à Chamalières, en France. C’est beaucoup moins cher.
Économie sur les coûts de fabrication grâce à une main d’œuvre indienne encore moins chère ! Encore un moyen pour faire plus d'argent !
Il est d’ailleurs plus clair d’écrire
« Les premiers billets libellés en cauris [pour la prochaine dévaluation Macron-Kémi Séba NdA] ont été imprimés à Bangalore, en Inde, et non plus à Chamalières, en France. C’est beaucoup moins cher.
Naturellement, la métropole esclavagiste conserve le contrôle :
"À titre transitoire, les réserves des huit pays membres de la zone cauri continueront d’être placées pour 10 % auprès du Trésor français, qui maintiendra sa garantie de change illimitée en contrepartie, afin d’éviter que les marchés ne paniquent et ne provoquent un effondrement du naira nouveau-né » Jeune Afrique

DÉVALUER LA MONNAIE AFRICAINE
TOUT CRÉANT UNE NOUVELLE
POUR EMPÊCHER
TOUTE RÉSISTANCE A LA DÉVALUATION

L’opération 1994 de dévaluation de la monnaie africaine sous Balladur est remise en place mais avec une autre monnaie. La magouille coloniale se voit moins comme ça.

En 1994, le Franc CFA a été dévalué. Sa valeur a été divisée par 2. (100 francs CFA = 1 franc français au lieu de 50 francs CFA = 1 franc français.
En 1993, 1 euro valait 328 F CFA, moitié moins cher de sa valeur actuelle.
1 F CFA = 0,02 FRF
Division par deux du FCFA en 1994 entérinée en 1999
1 F CFA = 0,01 FRF
1 € = 655,957 F CFA14

Et c’est précisément une opération du même genre que sont en train de préparer Macron et son compatriote Stellio Capo Chi Chi déguisé en Kémi Séba.
Pour diviser encore plus la valeur de la monnaie africaine.


AUGMENTER LE PRIX DES ORDINATEURS EN AFRIQUE

 Le projet est (quasi-certainement) un FCFA s’approchant de 1000 FCFA pour 1 euro. Et même plus !
Déjà, en 1994, les conséquences sur la vie des Africains avaient été énormes. Leur pouvoir d’achat, pour les produits d’importation, avait dégringolé d’un seul coup.
Jeune Afrique le sait et rappelle à ses maîtres le traumatisme qu’a été cette dévaluation Balladur :
« Cent FCFA ne valent plus que 1 franc français, contre 2 quelques heures plus tôt. Du jour au lendemain, des millions de foyers ont alors vu leur pouvoir d’achat s’effondrer, ressentant cette mesure comme un coup de poignard dans le dos asséné par l’ancien colonisateur. Vingt-deux ans plus tard, la plaie n’est pas tout à fait refermée. Le spectre d’une nouvelle dévaluation « imposée » par la France continue de hanter la zone CFA. » Jeune Afrique http://www.jeuneafrique.com/mag/367583/economie/devaluation-franc-cfa-spectre-de-1994/

1994-2017 : COUP DE POIGNARD DANS LE DOS
PAR L'ANCIEN COLONISATEUR
AIDE PAR LES MILICES FASCISTES
DE KEMI SEBA-TOUSSAINT ALAIN-GUILLAUME SORO

Bien entendu malgré tous les bobards racontés par les économistes et médias capitalistes, chacun sait que dévaluer la monnaie d’un pays est défavorable à ses habitants.
Les matières premières produites par les Africains ne valaient et ne vaudront plus rien. C’est donc très intéressant pour les esclavagistes pillards occidentaux - qui importent vers le Nord à moindre coût.
Mais, pour l’Afrique, importer des produits devint en 1994 et deviendra demain, très onéreux.
Comme l’Afrique de la zone CFA ne fabrique pas (encore !)  les machines et les ordinateurs, indispensable au développement de son économie, elle est obligée de les importer !
Le prix étant trop élevé, les Africains s’enfoncent dans la pauvreté, ils ne peuvent importer les machines indispensables à leur développement économique.

BALLADUR MACRON KEMI SEBA :
SABOTER LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DE l'AFRIQUE

Dévaluer le franc CFA en 1994 avait deux objectifs. D’abord, enrichir encore plus les capitalistes du Nord qui importent les produits africains, coton, cacao, café, uranium, riz… Et surtout, assurer la perpétuation du gigantesque camp de travail qu’est l’Afrique pour les patrons Franceàfric. Empêcher tout développement économique de ce continent en l’empêchant d’importer les outils technologiques nécessaires permet de le garder sous dépendance de la France et de ses alliés américains et européens.

ADAPTER LE CAURI "A LA CHUTE DU COURS DES MATIERES PREMIERES"


Les objectifs sont exactement les mêmes avec la création du Cauri puisque cette nouvelle monnaie est créée pour s’ « adapter à la chute des cours de matières premières ».


« Il va être beaucoup plus facile d’adapter la valeur du cauri que le franc CFA à la chute des cours des matières premières. Le coton malien et le riz sénégalais vont devenir plus compétitifs que leurs concurrents brésiliens et vietnamiens. » Jeune Afrique
Autrement dit, la valeur du cauri va être dévaluée par rapport à celle du Franc CFA actuelle.
Et le brouillard de fumée est tellement bien orchestré que les activistes n’y voient que du feu.

ENVOUTEMENT DES ACTIVISTES NAÏFS
PAR LE FASCISTE FRANÇAIS KEMI SEBA

Alors que le projet de suppression du franc CFA pour dévaluer la monnaie africaine est en place, les activistes anti-Franceàfric sont en train de se faire envoûter par l’opération fasciste Kémi Seba et son combat anti franc CFA qui va tout à fait dans le sens ce que souhaite la Franceàfric.
Tant qu’ils ont le nez sur Kémi Séba et la fausse répression orchestrée pour le présenter en héros, les Africains en révolution sont oubliés, les CDR ne sont pas mis en place, la lucidité sur les véritables projets de la Franceàfric mais aussi de la Russieàfric et USAfric disparaît. Et les impérialistes s’en frottent les mains.


KEMI SEBA ANTI CDR SANKARA
ANTI OPEP RÉVOLUTIONNAIRES

Surtout quand cette opération de diversion et d'envoutement sert en même temps à détourner l'attention loin de la pré-révolution togolaise et en même temps de lancer des campagnes de discrédit envers les militants Sankara CDR !
Une diversion servant, dans le même temps, à saboter la campagne OPEP révolutionnaires visant à utiliser pour les exportations africaines les méthodes utilisées par les producteurs de pétrole : une OPECac pour le cacao, une OPECot pour le coton, une OPECaf pour le caf? etc.....

CONCLUSION

VIVE LE CIRAF SANKARA CDR
POUR CREER DES OPEP ET
LANCER LA MONNAIE EGALISTE-LIBREGALISTE AFRO-REVO
IL FAUT 40 MILLIONS DE CDR EN AFRIQUE
1 POUR 25



À Bas le Franc CFA !
À bas le Cauri !
À bas l’impérialisme, à bas l’esclavagisme !
Il faut une nouvelle monnaie africaine anti capitaliste anti impérialiste,
Il faut un Afro égaliste pour la consommation, une monnaie révo mondiale anti-esclavagiste, distribuée en part égale à tous les Humains (10 000 révos à partir de 14 ans + 5000 par enfant).
Il faut un Afro librégaliste pour l'investissement altruiste, une monnaie révo mondiale anti-esclavagiste, distribuée en part égale à tous les Humains pour investir sans profit (3 000 révos à partir de 14 ans + 5000 par enfant).


Pour cela il faut que tous les pays africains fassent comme les Togolais et entrent en Révolution pour virer leur dictateur Franceàfric. Mais en plus, il faut impérativement mettre en place des CDR tout de suite, partout.


(édité par Yanick Toutain)



LIRE :

FAQ A bas le FCFA Préparons l'Afro monnaie panafricaine 





1 commentaire:

  1. pendant que nous crions à la suppression du FCFA,la France prépare l’après suppression. Ne crions pas simplement mais travaillons à sa réalisation

    RépondreSupprimer