articles

ARTICLES

lundi 25 septembre 2017

Censure internet au Togo, censure Bolloré en France


Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 25/09/17








On aurait pu compléter le titre en ajoutant la censure de l'hebdomadaire Jeune Afrique à Lomé.

Le numéro 2958 du journal Jeune Afrique a été interdit de vente au Togo par Gnassingbé.

"Le numéro 2958 de l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique a été interdit de vente au Togo par le pouvoir de Lomé II. Un tour dans les shops, les librairies, confirme cette information. Aucun exemplaire de ce numéro dans les kiosques. A l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma, la réponse des libraires est claire: « L’ordre d’interdiction est venu d’en haut selon mes chefs. On n’a pas reçu le dernier numéro pour distribution...Peut-être à cause de la situation politique actuelle dans le pays, » confie Amevi, une distributrice de journaux dans le hall d’embarquement ce samedi. Chose étrange !" CamerounWeb


INTERNET BLOQUE PENDANT LES MANIFESTATIONS

LA RÉPRESSION CENSURÉE


Au Togo, en plus de censurer Jeune Afrique, Internet a été coupé pendant toute la durée de la mobilisation.

Lors de la manifestation du 6 septembre, France 24 avait relayé l'information selon laquelle le pouvoir togolais avait coupé internet

"
Pour enrayer les protestations, il semble que le gouvernement a coupé l’accès à l’Internet mobile et limité les bandes passantes des connexions domestiques. Sur Twitter, plusieurs Togolais ont exprimé leur mécontentement, qui prive les opposants de précieux outils d'information.




#TogoDebout inaccessible pour les citoyens

Koffi Inoussa Ayibo, président de la branche togolaise d’Internet sans Frontières, a confirmé l’information dans un communiqué : "De nombreux utilisateurs ont constaté qu’ils n’arrivaient plus à accéder à Facebook et WhatsApp, deux réseaux sociaux très utilisés au Togo. Nous avons craint que les deux opérateurs que compte le Togo ont restreint l’accès aux réseaux sociaux."
Le communiqué ajoute : "Internet sans frontières condamne avec la plus grande fermeté cette atteinte à la liberté d’expression en ligne des citoyens togolais, et exhorte les autorités togolaises à user des voies conformes au droit International".
Sur Twitter, certains activistes, principalement sous le hashtag #TogoDebout, ont affirmé qu’ils étaient forcé de se rendre à la frontière avec le Ghana pour diffuser leur opinion sur le Web et retrouver l’accès aux réseaux." France 24
Depuis il y a omerta sur tout ce qui se passe au Togo.
Pour être informé, nous suivons les réseaux sociaux.

Car lors de les manifestations du 20 et 21 septembre, internet était aussi bloqué. France 24 et tous les autres médias français n'en ont pas parlé




La répression a été énorme, des blessés partout et des morts. 4 jeunes sont décédés.


4 JEUNES MANIFESTANTS DÉCÉDÉS
ET LES MÉDIAS FRANÇAIS FONT L'OMERTA


D'autres jeunes sont morts de la répression des militaires de Gnassingbé. 3 jeunes au total sont morts à Mango.
Le journaliste Justin Anani nous informe :

"A Mango, se sont deux jeunes qui sont retrouvés morts par noyade après qu'ils ont été poursuivis par les militaires notamment les Bérets rouges déployés en grand nombre dan cette ville pour tans le nombre de décès à trois après l'enfant de 10 ans tué par balle ." Togosite


Abdoulaye Yacoubou mort à 9 ans, le 20 septembre 2017 auquel on ajoute les deux jeunes noyés dont nous n'avons pas d'information sur l'identité.

"Lors de cette même journée fatidique du 20 septembre, un enfant de 9 ans a été lâchement tué à Mango. Il s’agit du petit Abdoulaye Yacoubou. Il devrait commencer la classe de CM1 cette rentrée scolaire. Mais apparemment Faure Gnassigbé et sa bande d’assassins avaient un autre plan pour lui : le priver d’une jeunesse et d’une vie d’adulte."27avril.comAgrigna Rachad est mort à Soboké. Cela fait au total 4 morts dont nous avons connaissance.

Gnassingbé tue des adolescents et les médiafrics laissent faire.
LIRE :

Omertafric : Bolloré tue au Togo Agrigna Rachad élève de 3ème mort après 2 jours d'agonie

Amesty International n'a parlé que du décès de Abdoulaye Yacoubou, l'enfant de 9 ans, .

Togo. Un enfant de neuf ans tué par balle lors des manifestations

Après ce premier décès, Amnesty International n'a plus rien dit.
Rien sur les 2 jeunes noyés poursuivis par les militaires à Mango.
Rien sur Agrigna Rachad, 15 ans, mort des suites de ses blessures à Sodoké le 20 septembre.
Ont-ils reçu l'ordre de se taire de leurs maîtres ?

Seuls quelques blogs togolais ont parlé du décès de Agrigna Rachad  ainsi que VOA (site CIA).
Rien en France !!
Un manifestant de 15 ans tué par les forces de l'ordre parce qu'il a manifesté et c'est l'omerta dans le pays que certains grands naïfs osent encore appeler le pays des droits de l'homme et de la liberté de la presse !

C 'EST BOLLORE LE VÉRITABLE RESPONSABLE
DE LA CENSURE EN FRANCE ET AU TOGO


Quelle liberté de la presse dans un pays - la France - où toute la presse appartient à quelques patrons Franceàfric et où c'est la publicité qui finance majoritairement les médias ?

 C'est bien évidemment Bolloré qui a donné son feu rouge avec son agence Havas à informer les Français sur ce qui se passe au Togo.

Bolloré détient la plus grosse agence de publicité en France, Havas.
Cette agence est aussi une des plus grosse du monde  (la sixième).
C'est Bolloré qui décide donc des financements des médias français.
Le documentaire de complément d'enquête "un ami qui vous veut du bien" montrait comment Bolloré dirigeait tous les médias français y compris ceux dont il n'était pas actionnaire à travers son agence de publicité. Si un article ne lui plait pas parce qu'il le remet en cause ou critique un de ses amis, il fait pression pour couper les financements publicitaires et les rédacteurs en chef cèdent ....

On comprend alors que rien ne sorte en France sur la Franceàfric et que les événements du Togo restent sous silence médiatique.
Voilà comment la mort de jeunes adolescents restent sous silence...
Et aucun parti politique en France ne le dénonce....
Ceux qui le font comme nous sont durement réprimés avec la participation de tous les syndicats et dans l'indifférence générale ....

5 années de harcèlement politique, judiciaire et professionnel contre une révolutionnaire pro Sankara en France : Professeur des Ecoles condamnée à 35000 € par la Franceàfric, exclue 2 ans au RSA puis révoquée de l'Education Nationale


Bolloré est omniprésent au Togo.
 Il détient presque la totalité des infrastructures de transport à travers sa société Bolloré Africa Logistic.

Et c'est même la société de Bolloré Vivendi qui met en place le réseau de fibre optique au Togo.

Lire : Une filiale de Vivendi s'est discrètement attelée à la construction d'un réseau de fibres optiques de près de 5.000 kilomètres couvrant une demi-douzaine de pays africains.

Et Gnassingbé qui a coupé internet au Togo est le corrompu de Bolloré.

"Toujours selon le Monde, les enquêteurs s’intéresseraient aussi aux conditions d’attribution pour trente-cinq ans, à Bolloré Africa Logistic, de la concession du terminal à conteneurs du port de Lomé. Affaire conclue en 2010, année de la réélection de Faure Gnassingbé, héritier du dictateur togolais Gnassingbé Eyadéma et lui aussi « conseillé » par Jean-Philippe Dorent." L'Humanité

CONCLUSION

La censure par le blocage d'internet au Togo va de pair avec l'esclavage des salaires à 50€/mois et l'assassinat de jeunes manifestants.
Gnassingbé n'est rien sans le soutien de la Franceàfric, sans Macron, sans Bolloré sans Trump.
S'il est toujours au pouvoir malgré la marée humaine qui a défilé en demandant qu'il dégage, c'est à cause de toutes ces pourritures Franceàfric et USAfric. Les médiafrics vendus à Bolloré et son agence de publicité Havas obéissent aux ordres....
Nous avons donc un devoir à notre niveau de simples terriens de transmettre les informations sur le Togo sur les réseaux sociaux, sur les blogs....



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire