articles

ARTICLES

vendredi 9 février 2018

Franceàfric vent debout pour sauver son soldat Hulot

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 09/02/2018















On n'entend que cela dans tous les médias depuis hier, Hulot serait un homme intègre accusé à tort d'agression sexuelle.
Toute la presse Franceàfric Omertafric s'y met, on accuserait un homme sans preuve, ce serait "la rumeur médiatique" qui prendrait la place de la justice...
Le numéro 2 du Parisien, Frederic Vezard écrit :

"Un autre choix était-il possible dans une période où la rumeur devient information et la dénonciation se confond avec la preuve ? La réponse est non."
Pourtant révéler des scandales, c'est faire ce qu'ont fait Anne Jouan et Laurent Valdiguié de l'Ebdo, présenter les témoignages, les relier entre eux.
Bien souvent, la justice n'enquête qu'après que le scandale ait été révélé par des journalistes, parce que la pression populaire devient trop grande et qu'il faut agir pour ne pas discréditer les institutions de la République.

La justice n'est quasiment jamais du côté des victimes quand l'agresseur est un personnage politique puissant.
Alors les Français se font une idée en fonction des arguments et témoignages présentés ...

Après avoir écouté France Info depuis hier, j'étais aussi sceptique sur cette affaire.
Bien que je considère Hulot comme un hypocrite absolument pas écologiste, je me disais en effet que c'était trop, que peut être certains voulaient abattre Hulot. Je pense m'être faite manipuler....
Pourtant je savais qu' Hulot était acheté par les multinationales criminels écologiques. J'avais écrit cet article sur lui.

Aggraver le couvercle carbone Hulot et Macron appellent cela "écologie"

J'ai donc acheté Ebdo, le journal qui a révélé l'affaire pour comprendre et me faire une idée à tête reposée, sans bourrage de crane continuel, de la véracité des accusations contre Hulot.


HULOT N EST PAS L'HOMME INTÈGRE
INJUSTEMENT ACCUSE


Et j'ai changé de position quant à cette affaire.
L'histoire est claire, nette, logique.
Quand on lit l'histoire de celle dont le journal donne le pseudonyme de Marie, mais dont le nom a été révélé par les médiafric, Pascale Mitterrand, fille de Gilbert Mitterrand et petite fille de François Mitterrand, on voit clairement que Hulot est le bourreau et Pascale la victime.

"Car il y a une deuxième piste, une affaire plus ancienne avec une autre femme. Selon nos informations, recoupées auprès de l’intéressée et de trois membres de sa famille, Nicolas Hulot aurait abusé d'elle durant l'été 1997. La scène s'est déroulée dans une des maisons du ministre. Sans témoin. Comme souvent dans ce genre de cas (seules 13 % des femmes déposent plainte), la victime présumée a d'abord décidé de ne pas en parler, ni à son entourage professionnel ni à sa famille. Une grande famille française qui aurait été secouée par "le scandale d'une plainte", selon un de ses membres. "Nous avons mis longtemps à savoir et, pour ma part, je ne l'ai su que des années plus tard, incidemment, au détour d'une conversation chuchotée", confie à Ebdo un oncle de la jeune femme. "Mais si je croise Humot un jour, je lui mets mon poing dans la figure" ajoute-t-il.
Dans les récits des proches, il y a d'abord une grande pudeur à évoquer la douleur "d'une femme de la famille" et une souffrance pour toutes "ces années de silence". Vient ensuite une colère sourde. Pudeur et colère, deux sentiments contraires et entremêlés. Avec, au milieu, cette difficulté à prononcer le mot "viol" devant moi, glisse le père de la jeune femme. Elle a toujours préféré parler d'acte sous contrainte."
Ebdo a pu s'entretenir longuement avec celle qui est devenue mère de famille et a choisi de "régler les choses à sa "façon" comme elle dit. "Je ne veux pas apparaitre ni maintenant ni jamais", commence-t-elle dans une entrée en matière glaciale, avant de livrer pendant près d'une heure un témoignage bouleversant. Comment ne pas respecter cette demande initiale ? Ebdo a donc fait le choix de protéger l'anonymat qu'elle réclame. Ce qui nous impose aussi, au nom de la protection des sources, de ne pas livrer une série de détails qui rendraient possible son identification. Fallait-il, dès lors, s'interdire tout récit et choisir de taire un épisode occulté de la vie de l'une des personnalités préférées des Français, une vedette des médias et de la société civile depuis plus de trente ans, devenue il y a dix mois un des principaux membres du gouvernement ? Cette enquête est notre réponse."Ebdo du 09/02/2018

LA VICTIME EST LA FEMME VIOLÉE PAR HULOT

LE BOURREAU EST NICOLAS HULOT




Si cette affaire n'a pas été révélée plus tôt, c'est à cause du fait que Hulot est un personnage inattaquable car ultra protégé par la Bourgeoisie.
Cela fait 30 ans qu'il est surmédiatisé. On nous le présente comme un écologiste alors qu'il est sponsorisé par toutes les multinationales criminelles écologistes, Véolia, EDF, Vinci.
Alors il permet à la bourgeoisie de faire passer la pilule de toutes les mesures qui détruisent toujours plus la Terre, les centrales nucléaires, les centrales à charbon, les voitures polluantes... et ce qui détruit notre santé en plus comme les perturbateurs endocriniens.
La victime avait peur de parler comme toutes les victimes. Car dire la vérité sur une telle affaire qui touche un homme puissant c'est risquer d'avoir de gros ennuis.

"En 2008, l'année suivant la prescription de dix ans et alors que la justice ne pouvait plus ouvrir le dossier (lire l'encadré), Marie décide de mettre les points sur les i : elle pousse la porte d'une petite gendarmerie de province et demande que soit dressé un procès-verbal racontant sa version des faits.
"Tout était prescrit et elle était certaine que cela ne donnerait pas lieu à un procès, mais, au moins, les choses étaient dites", explique son père. La jeune femme confirme sans entrer dans les détails : "J'ai tenu à ce qu'il sache la façon dont j'avais vécu les choses, et je lui ai fait savoir.". Et voilà comment, tout en répétant que "la page était tournée", Marie décida, onze ans après, de raconter son séjour chez Nicolas Hulot à un officier de gendarmerie. Parce qu'à l'évidence, la blessure était toujours là."
Ebdo du 09/02/2018



QUAND UN HOMME EST PROTEGE PAR LA BOURGEOISIE FRANCEAFRIC

LES GENS ONT PEUR DE TÉMOIGNER

SIMILITUDES AVEC L'AFFAIRE VALMY


Le comportement de Pascale Mitterrand ressemble aux victimes de Léon Launay que j'ai pu rencontrer. Cet instituteur violent ultra protégé par la hiérarchie, protégé au point d'être utilisé par l'administration pour faire un faux témoignage contre moi, ses victimes en avaient peur. Peur de lui parce qu'il était protégé. Elle sentait que "parler", c'était risquer d'être victime une seconde fois, de tout un réseau qui vous présentera si vous parlez comme un menteur une menteuse vous psychiatrisera pour protéger le bourreau.
Je garde en mémoire l'image de cette petite fille, élève de Léon Launay, que nous avons rencontrée dans un marché. Quand la mère d'élève, Séverine Breton lui a posé des questions sur les violences de son professeur, elle s'est mise à faire une crise de panique, le corps tremblait, elle semblait effrayée, si bien que la mère d'élève n'a pas davantage insisté et que la mère de l'enfant a dit "ils leur ont fait un lavage de cerveau pour qu'ils ne parlent pas".

Le mercredi 26 mars 2014, Julie Amadis est passée prés du "marché d'Harfleur", à 90 km/h, en train, en direction de Rouen pour aller distribuer un tract #FreeGbagbo ! Léon Launay est un menteur ! Et un agresseur d'élèves protégé par OMERTA76


Depuis 1993 ! Les violences de Léon Launay que la police havraise refuse de connaître ! OMERTA76

Les témoignages étaient là. La peur aussi.
La peur était tellement grande que les familles des enfants victimes n'ont pas porté plainte.
Alors le policier à qui je présentais les témoignages avait beau jeu de me répondre, "mais moi aucun parent n'est venu me voir".
Voilà comment ça se passe, ce ne sont que des rapports de force, et les personnes puissantes, protégées, personne ne porte plainte contre elles.


5 années de harcèlement politique, judiciaire et professionnel contre une révolutionnaire pro Sankara en France : Professeur des Ecoles condamnée à 35000 € par la Franceàfric, exclue 2 ans au RSA puis révoquée de l'Education Nationale

Julie Amadis, institutrice anti-fessées interpellée par la BAC du Havre le 29/7/2014 après sa condamnation à 2 ans d'exclusion le 3 juillet, il y a un an

Alors ce n'est étonnant que Marie n'aie porté plainte que onze années après l'agression sexuelle.
L'agression d'ailleurs est beaucoup plus grave que ce que révèle le témoignage à l'Ebdo. Dans le témoignage Marie parle de "acte sous contrainte".

La procureur du parquet de Saint Malo précise dans un communiqué qu'il s'agissait d'un viol.

"La procureure de la République de Saint-Malo, Christine Le Crom, a confirmé hier dans un communiqué qu'une plainte pour «un fait de viol» avait bien été déposée en 2008 contre Nicolas Hulot mais classée sans suite. Selon ce communiqué, «une jeune femme a effectivement déposé plainte, le 11 juillet 2008, à l'encontre de Nicolas Hulot en dénonçant un fait de viol commis, selon elle, onze ans auparavant, alors qu'elle était déjà majeure».
La plainte a été classée «sans suite», les faits étant «prescrits», a-t-elle précisé. A la suite de la plainte, «Nicolas Hulot a été entendu dès le 29 août 2008 sur ces faits par les gendarmes de la brigade de recherches de Saint-Malo», a-t-elle ajouté. «Il est d'abord apparu que les deux protagonistes avaient une version contradictoire quant au consentement à la relation sexuelle précitée. Il a en outre été établi que ces faits s'étaient déroulés entre le 9 et le 11 juin 1997. Ceux-ci étant prescrits, la procédure a été classée sans suite par le procureur de la République de Saint-Malo, ce dont la plaignante a été avisée par un courrier du 30 octobre 2008», dit-elle." Libération



Libération nous rappelle que Hulot a laissé entendre que la justice avait considéré que ces accusations étaient fausses.
Hier, pourtant, le ministre de la Transition écologique a laissé entendre que la plainte avait aussi été classée pour absence d'infraction Libération

" EBDO" UN JOURNAL QUI DÉNONCE LA FRANCEAFRIC ATTAQUÉ PAR LES MEDIAFRIC



L'Ebdo est un journal sans publicité qui dénonce la Franceàfric.

L'Ebdo est un journal papier hebdomadaire français lancé le 12 janvier 2018. Wikipédia
Dans ce même journal on trouve un reportage très documenté dénonçant les liens très étroits entre le dictateur Sassou N'Guesso en RDC et les réseaux Franceàfric.

Ce journal contrairement à presque tous les autres journaux français a décidé de passer outre les pressions franceàfric. S'il ne contient pas de pub c'est certainement pour empêcher les pressions de Bolloré qui détient l'agence Havas, la première agence de publicité en France, et qui est le premier patron de la bourgeoisie esclavagiste Franceàfric

Alors ce journal n'a pas pour ambition de casser Hulot pour le plaisir. Son ambition est de dire la vérité sur qui sont vraiment les hommes politiques français.

En général les personnes qui acceptent de participer à un gouvernement Franceàfric ne sont pas des enfants de cœur dans la vraie vie et dans tous les domaines.
Ce n'est donc absolument pas étonnant que les scandales à répétition touchent les ministres de Macron les uns après les autres dont les derniers sont Darmanin et Hulot.


CONCLUSION



La vérité est toujours révolutionnaire.
Le rôle de chaque militant anti capitaliste est de trouver où se trouve la vérité au milieu de ce brouillard médiatique qui empêche de délier les fils.
Dans cette affaire d'agression sexuelle qui vise Hulot, en s'appuyant sur les faits, sur les témoignages et en recherchant d'où proviennent les sources du scandale on peut démêler les informations et se rapprocher de la vérité, de la véritable histoire.
Le journal qui révèle ce scandale est justement un des rares à oser dénoncer la Franceàfric.
Dans "Ebdo" de cette semaine, on trouve aussi un excellent reportage sur Sassou N'Guesso protégé par la Franceàfric.
Alors que ces journalistes qui attaquent Anne Jouan et Laurent Valdiguié aillent d'abord moucher leur nez sur leur omerta concernant la montagne de scandales Franceàfric avant de venir tenter de salir la réputation de journalistes qui n'ont fait que leur métier en dévoilant le témoignage de cette femme violée par Hulot.
Nous avons compris, nous militants antifranceàfric que l'attaque journalistique contre cet hebdomadaire sert à protéger les intérêts Franceàfric préventivement.
Car le scandale Hulot est une goutte d'eau dans un océan de pourritures dont une d'entre elles - dénoncée par Ebdo - fait certainement bien plus peur au pouvoir, les relations entre Sassou-Nguesso et les membres de la Franceàfric ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire