articles

ARTICLES

mercredi 18 avril 2018

Quand Quatremer, le plus pro UE des journalistes d'Europe dénonce un "Coup d'Etat " #Selmayrgate de Juncker, l'humanocratie est urgente

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 18/04/2018

" Pour la quasi-totalité des parlementaires, Martin Selmayr ne doit sa position qu’à un
coup d’Etat, mal mené qui plus est"
Jean Quatremer.



"... les journalistes très à la mode en France refusent cette vérité.
Ils font semblant de croire encore et toujours que l'Union Européenne défend les populations.
C'est le cas du journaliste Jean Quatremer qui travaille pour le journal Libération.
Mais là, aujourd'hui, il vient de tomber de sa tour d'ivoire.
Il vient de découvrir que la Commission Européenne se contrefichait des règles de droit et que il n'y avait aucune "démocratie" dans ce système." JA



"La Panstitution prévoit que chaque délégué soit révocable.
De fait, si un des 25 délégués nationaux européens refuse de continuer à soutenir son délégué international, celui-ci ne peut garder son poste !" JA





Une majorité de Français sont opposés à l'Union Européenne.
Ils savent que les Institutions européennes ne les représentent absolument pas.
Ils savent que toutes les décisions européennes obéissent aux intérêts des actionnaires des multinationales et absolument pas aux leurs.
Presque tous les employés, les ouvriers, les chômeurs, les SDF en France le savent.
Ils n'ont pas eu besoin de lire des traités juridiques pour le savoir.
C'est leur vie quotidienne qui le leur a fait comprendre.
Mais les journalistes très à la mode en France refusent cette vérité.
Ils font semblant de croire encore et toujours que l'Union Européenne défend les populations.
C'est le cas du journaliste Jean Quatremer qui travaille pour le journal Libération.
Mais là, aujourd'hui, il vient de tomber de sa tour d'ivoire.
Il vient de découvrir que la Commission Européenne se contrefichait des règles de droit et que il n'y avait aucune "démocratie" dans ce système.

#SELMAYRGATE : JEAN CLAUDE JUNCKER, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE NOMME UN NOUVEAU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EN MÉPRISANT LES RÈGLES DE LA FONCTION PUBLIQUE


Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission Européenne, a nommé Martin Selmayr, secrétaire général alors qu'il n'avait pas le droit d'y être.
Jean-Claude Junker dans Libération explique que cette nomination viole le statut de la fonction publique européenne.

Jean-Claude Juncker joue sa survie politique mercredi au Parlement européen.
Jean-CLaude Juncker
Les députés, réunis en session plénière à Strasbourg, vont en effet se prononcer sur le «Selmayrgate», le scandale – révélé par Libération – de la promotion express le 21 février de l’Allemand Martin Selmayr, de son poste de chef de cabinet du président de la Commission à celui de secrétaire général, et ce, en violation du statut de la fonction publique européenne. Libération
 En effet Martin Selmayr n'avait pas postulé pour ce poste et donc n'aurait pas dû y être promu.

Au premier plan Jean-CLaude Juncker au second Martin Selmayr
Cette nomination était intervenue quelques instants seulement après sa désignation à la fonction de secrétaire général adjoint, un poste affiché auquel il avait postulé. Le « transfert » de poste proposé par Jean-Claude Juncker avait surpris la plupart des commissaires européens présents lors de la réunion de nomination, mais il avait été entériné sans protestations. Le Quotidien
Jean Quatremer qualifie cette nomination par favoritisme de "coup d'état".
Ce favoritisme qui dépasse toute les règles de droit a mis en colère nombre de commissaires européens.
Pour la quasi-totalité des parlementaires, Martin Selmayr ne doit sa position qu’à un
Jean Quatremer
coup d’Etat, mal mené qui plus est. Mais de là à demander son départ, il y a un pas que beaucoup hésitent à franchir, surtout depuis que Juncker a lié son sort au sien.
Libération
 Mais au final les commissaires n'ont rien fait pour remettre en cause cette nomination comme l'espérait le journaliste pro UE Jean Quatremer.



LE JOURNALISTE QUATREMER REMET EN CAUSE "LA DÉMOCRATIE" AU SEIN DE L'UE

Quatremer le journaliste bien dans la ligne capitaliste pro Union Européenne se met à critiquer l'Union Européenne et surtout à considérer qu'elle n'est pas démocratique.




Il en est même à comparer le fonctionnement de l'Union Européenne à celui d'une secte !


Ses attaques sont tellement puissantes qu'elles sont reprises par des anti Union Européenne des capitalistes



EN HUMANOCRATIE, LES DÉLÉGUÉS INTERNATIONAUX OBÉIRONT A LEUR DELEGATEURS DONC AU PEUPLE SINON ILS SERONT RÉVOQUÉS


Ce qui vient de se produire au sein de la Commission Européenne est possible parce qu'il n'y a aucun lien entre les populations européennes et les Commissaires d'une part et le Président de la Commission d'autre part .
Ils ne sont même pas élu par les habitants des pays européens !

Règles de nomination

"En tenant compte des élections au Parlement européen, et après avoir procédé aux consultations appropriées, le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose au Parlement européen un candidat à la fonction de président de la Commission. Ce candidat est élu par le Parlement européen à la majorité des membres qui le composent." - art. 17.7 TUE

Le président

En tenant compte des élections européennes (et après consultations avec le Parlement européen, en particulier avec le groupe majoritaire), le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose un candidat au Parlement européen. Ce dernier est ensuite approuvé par le Parlement européen à la majorité des membres qui le composent. Dans le cas contraire, la procédure recommence avec un autre candidat. 

    Le collège

D'un commun accord avec le président élu et sur la base des recommandations des Etats membres, le Conseil adopte la liste des autres personnalités qu'il propose de nommer membres de la Commission. Le président nomme, pour l'assister, plusieurs vice-présidents de la Commission (le Haut Représentant de l'Union étant automatiquement vice-président).
Le Parlement européen n'a pas le pouvoir de nomination des commissaires, mais dispose d'un droit de veto sur l'investiture de la Commission, et peut ainsi empêcher de fait la nomination d'un collège défini.
C'est pourquoi le Conseil européen et le Parlement européen se consultent au préalable sur le profil des candidats.
Chaque commissaire désigné est ensuite invité à une audition publique devant les commissions parlementaires compétentes pour le portefeuille qui lui est attribué. Ces auditions permettent aux députés européens de mieux connaître la personnalité des commissaires désignés et d'avoir un échange de vues approfondi sur les priorités des différents candidats dans leurs futurs domaines de compétence.
Tous les candidats à l'exception du président sont ensuite soumis, en tant que collège, à un vote d'approbation du Parlement européen. Si cette approbation a lieu, le Conseil européen nomme la Commission à la majorité qualifiée. Dans le cas contraire, la procédure reprend avec un nouveau candidat.
Le mandat des commissaires européens est de 5 ans, tout comme les députés européens. (source)

Seul les députés européens sont élus par les populations d'Europe.
Mais ceux-ci ne sont pas révocables.
Ils n’obéissent donc pas à la population puisque quoi qu'il se passe ils resteront au pouvoir pendant le temps de leur mandat.
Et ils n'ont pas de lien direct avec ceux qui les ont élu.
Quand les personnes qui vous ont choisi sont sur votre liste et sont pénalement co-responsables de vos actes, vous êtes leur serviteur ! Vous ne pouvez pas obéir à d'autres pressions que la leur.

Les délégués internationaux représentent 10 millions de délégateurs.
Les délégués internationaux européens siégeront au comité continental Eurasie.


"Les comités réunissant des délégués internationaux seront des comités continentaux ou semi-continentaux : CIRAf pour l'Afrique, CIREur pour l'Europe, CIRAs pour l'Asie, CIRAw pour l'Awérique" Panstitution


La Panstitution prévoit que chaque délégué soit révocable.
De fait, si un des 25 délégués nationaux européens refuse de continuer à soutenir son délégué international, celui-ci ne peut garder son poste !
Jean-Claude Juncker n'aurait pas pu rester à son poste en Humanocratie !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire