articles

ARTICLES

mardi 24 avril 2018

Hollande LeDrian Valls Ayrault Puga Macron DGSE DGSI DRM ont financé Daech par l'intermédiaire de Lafarge

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 24/04/2018

Pendant que Daech tuait des innocents en France par des attentats, l’Élysée les finançait.
Des lois antiterroristes étaient alors mises en place empêchant la liberté d'expression et persécutant les contestataires écologistes, anarchistes ....

Les chefs terroristes sont à l'Elysée.
Cela fait 8 ans qu'ils aident les terroristes en Côte d'Ivoire (2010-2011)
au Mali (2012), en Libye (2011) , en Syrie (2011),
au Burkina Faso (2012-2015)
et même le terrorisme d'Etat au Togo depuis 2012.
Après les trafics d'or de l'ONU en Côte d'Ivoire
protégés par un flic français Jean-Marie Bourry
pour financer les terroristes FAFN de Guillaume Soro
le protégé de Juppé et de Fabius,
après que Sarkozy et Hollande aient financé
- 58M$de dollars - AQMI (Al Qaeda au Magbreb)
et 30 M€ Ansardine,
nous ne étonnons pas que la même politique ait été appliquée en Syrie.
Nous apprenons que Lafarge a versé 5,56M de dollars à des groupes terroristes dont 509 694 dollars à Daech.

lire :

Terrorisme en Syrie : Lafarge finançait la politique Hollande Fabius Clinton Obama (5,56M$ selon le Canard Enchaîné)

Les chefs terroristes de l'Elysée font une loi antiterroriste contre les révolutionnaires dénonçant MNLA Ansardine NIM

Chronologie 2010-2017 du terrorisme ribanazis CIA DGSE MI6 en France, Mali, Tunisie, Syrie, Irak, Libye, Burkina, Côte d'Ivoire

Les médias complices des chefs terroristes de l'Elysée ont lancé une grosse opération de camouflage pour dissuader les juges de poursuivre les criminels qui ont financé les attaques DAECH en France



Depuis décembre 2010, les médias français ont protégé les terroristes de l'Elysée que sont Nicolas Sarkozy, le général Benoit Puga chef d'Etat-Major de Sarkozy puis de Hollande, Jean-Yves Le Drian, François Hollande, Emmanuel Macron et tous leurs ministres criminels qui, depuis 8 ans, aident les terroristes du Mali, de Côte d'Ivoire et de  Syrie.
Ils n'ont pas repris les informations du Canard Enchainé (d'avril 2011) qui dénonçait les trafics d'or dans les camions de l'ONU-ONUCI pour financer les terroristes en Côte d'Ivoire en 2010
Quand Sarkozy installe Al Qaeda avec Abdelhakim Belhadj après avoir détruit la Libye de Kadhafi, ils se sont tus. Les rares - comme l'Express - qui ont informé ont "oublié" leurs informations et la logique des opérations suivantes.
Ils n'ont rien dit quand Sarkozy a envoyé les terroristes envahir le Mali le 17 janvier 2012.
Ils n'ont pas dit un mot quand Hollande a empêché les armes destinés aux forces antifascistes maliennes de passer. Hollande avait demandé à la CEDEAO de bloquer les armes de Sanogo. Dès l'été 2012, l’Élysée de Hollande Le Drian soutenait les terroristes au Mali.

Les chefs terroristes de l’Élysée se sont sentis puissants, n'ayant aucun contre-pouvoir en face d'eux... Ils pouvaient ainsi favoriser les jihadistes cinglés criminels partout en toute impunité, puisque rien ne filtrait dans les médias...
La colère des Français qui subissaient des attentats ne pouvaient pas se retourner contre eux, les dirigeants français puisque le peuple français ne savait pas la vérité sur l'aide inconditionnelle apportée aux terroristes par leurs dirigeants.
Nous étions insultés de "complotistes" parce que faisions circuler l'information.
Alors les chefs de l'Elysée ont persévéré dans cette politique en faveur des terroristes.
Ils étaient sur la même ligne que Hillary Clinton qui a dit ouvertement "on a créé Al Qaeda et ça nous a bien servi".
Ils poursuivaient le plan Timber Sycamore de Clinton et Obama qui consistait à "organiser, former et armer les forces rebelles syriens" ( copier coller d'un mail d'Hillary Clinton).

Les médias aujourd'hui ont décidé d’arrêter - pour la Syrie -  de faire l'autruche (pour l'Afrique rien ne filtre encore !).

LES RÉVÉLATIONS DE LIBÉRATION SUR
LE FINANCEMENT DAECH

LEUR TITRE :
"L'ÉTAT FRANÇAIS AU CENTRE DE L'AFFAIRE"


Le financement du cimentier Lafarge aux terroristes en Syrie était connu.
Le Canard Enchainé du 22 novembre 2017 révélait que l'entreprise Française Lafarge avait versé au total 5,56 millions de dollars à des groupes terroristes dont 509 694 dollars directement à Daech.

Terrorisme en Syrie : Lafarge finançait la politique Hollande Fabius Clinton Obama (5,56M$ selon le Canard Enchaîné)

Mais les médias n'avaient pas mis en évidence le fait que l’Élysée et Matignon étaient au cœur des décisions de l'entreprise.
Ismaël Halissat et Willy Le Devin résument les révélations de Jean-claude Veillard le chef de la sureté de Lafarge à la juge Charlotte Bilger, il y a une dizaine de jours, et dont ils rendent compte :
"Désormais c'est l'Etat qui apparait au cœur de l'affaire"(Libération)

Ils révèlent que les dirigeants de Lafarge - le financier de Daech en Syrie - étaient constamment en contact avec tous les services de renseignements français.

Le chef de la sureté de Lafarge, Jean-claude Veillard a rencontré 33 fois les services de renseignements français (DRM, DGSE et DGSI) entre 2012 et 2014.

Jean-Claude Veillard apparait comme un honorable correspondant des services de renseignements français.
Il semble être l' "homme" des services de renseignements français avant d'être celui d'une entreprise de ciment, Lafarge.

"Outre la DGSE, Jean-Claude Veillard fait également état de liens étroits avec les autres services français : «Nous fonctionnions de la même manière, j’avais un point de contact particulier avec la DGSI ainsi qu’à la direction du renseignement militaire (DRM)», relate celui qui a par ailleurs été candidat sur la liste Front national aux municipales à Paris en 2014. Loquace, le directeur sûreté précise aussi le travail de terrain qu’effectuaient les deux «gestionnaires de risques» de Lafarge en Syrie, le Norvégien Jacob Waerness, puis le Jordanien Ahmad Jaloudi, vétérans des services secrets de leurs pays respectifs. Ces derniers collectaient «des informations auprès des conducteurs, des clients, des fournisseurs et parfois des employés», se souvient Veillard. Le sexagénaire récupère alors «tous les mois ou tous les deux mois […] un fond de carte qu’il travaillait sur Google» avant de le transmettre en direct «à la DGSE, à la DGSI et à la DRM». La juge Bilger relance : «Devaient-ils rencontrer les responsables de groupes armés ?» «Leur première mission, c’est l’acquisition du renseignement. Si ces rencontres pouvaient leur permettre d’obtenir des informations, ils pouvaient le faire», assure Jean-Claude Veillard."
Le candidat Front National aux municipales de 2014 est bel et bien un agent des services secrets. Comme ses homologues en Afrique !
Le journal Libération reprend les échanges entre la juge Charlotte Bilger et Jean Claude Veillard le chef de la sécurité du 12 avril 2018.
Le chef de la sécurité a clairement dit à la juge que l'Etat français connaissait les versements de Lafarge à l'Etat islamique.
Lors de ce troisième interrogatoire, révélé par ­Libération, la juge questionne Jean-Claude Veillard sur un point crucial : les services de renseignements français étaient-ils informés de la «réalité du financement» de l’EI par ­Lafarge ? La réponse est limpide : «Je ne faisais aucun tri dans les informations que je donnais aux services des renseignements.» Et d’enfoncer le clou : «Au cours des réunions, j’ai donné toutes les informations.» Libération

FIRAS TLASS L’INTERMÉDIAIRE SYRIEN DU FINANCEMENT DES TERRORISTES EST UN "PROTÉGÉ" DES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS FRANÇAIS


L'intermédiaire entre l'entreprise française Lafarge et les organisations terroristes en Syrie dont Daech, c'est Firas Tlass.

En 2012-2014, l'usine de LafargeHolcim à Jalabiya, dans le nord de la Syrie, a continué de fonctionner alors que la guerre syrienne faisait rage autour d'elle. Le directeur de l'usine, Bruno Pescheux, a admis que Lafarge avait versé jusqu'à 100 000 dollars par mois au magnat syrien Firas Tlass, un ancien actionnaire minoritaire qui avait donné de l'argent à des factions armées pour maintenir l'usine ouverte. [21]
wikipédia
Le père de Manaf et Firas, Moustapha Tlass était ministre de la défense de Hafez El Assad (le père de Bachar). La France a offert l'asile et a soigné cet antisémite notoire - éditeur du torchon antisémite de l'Okhrana russe - Protocole des Sages de Sion.


Le frère de Firas Tlass c'est Manaf Tlass, celui que la France de Sarkozy et de Hollande a exfiltré de Syrie et a qui elle a offert l'asile.
Le 6 juillet 2012, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré que Manaf Tlass était en route vers Paris18,19 pour rejoindre sa famille sur place20. En septembre 2012, Manaf Tlass déclare avoir été exfiltré de Syrie par les services secrets français et appelle la « communauté internationale » à armer le « peuple syrien »21
L'Etat français préparait un gouvernement d'alliance entre ses terroristes et les ex assadistes.
C'est Sarkozy, en mars 2012 qui fait alors venir en France la famille Tlass.
 Le JDD rapporte que l'Etat français avait pour projet de faire du père Tlass un successeur au régime syrien en place.

"Paris a voulu en faire un successeur potentiel, mais la réalité syrienne a toujours été beaucoup plus complexe", confie une source bien informée des milieux de renseignement." le JDD

Une fois que le père Moustapha Tlass est soigné à Paris, Firas Tlass travaille pour Lafarge DGSE au service du financement de Daech Al Nosra etc ...


Personne n'imaginerait que Firas Tlass n'ait agit autrement que conformément aux ordres des services secrets français.

APRÈS AVOIR FINANCÉ LES JIHADISTES DU MALI
58  MILLIONS D'EUROS AQMI
ET 30 MILLIONS  ANSARDINE - ,
RIEN D’ÉTONNANT A CE QUE L’ÉTAT FRANÇAIS AIT VERSE 5,6 M DE $ AUX TERRORISTES EN SYRIE
(DONT 509 694 $ A DAECH)


Pour le financement des jihadistes du Mali par la France, il a fallu attendre que le New York Times le révèle.

Lire ces informations de mon article paru dans Marocleaks intitulé :
Sarkozy, Fillon, Juppé, Baroin et le général Puga ont envoyé les jihadistes attaquer le Mali
En plus de cela, il y a l’argent des otages que la France a remis à AQMI et à Ansardine, des rançons qui cachent un financement déguisé du djihadisme dénoncé par le New York Times.
« C’est l’Europe qui finance une bonne partie des opérations d’Al-Qaïda, selon une enquête publiée mardi 30 juillet par le New York Times. Le quotidien américain évalue à 105 millions de dollars (93 millions d’euros) le montant total des rançons remises aux diverses factions du groupe en échange de la libération de ressortissants enlevés. En tête, la France avec, selon l’enquête, 58 millions de dollars (43 millions d’euros) de versements depuis 2008. » Challenges
Les médias Français n'ont pas fait grand bruit de cette information.

Les résistants qui suivent la politique française en faveur des terroristes en Afrique, ne sont pas étonnés devant le scandale Lafarge.

Encore une fois, les médias et la justice française ne tirent pas la ficelle, et cela, pour protéger l'Etat français.
Pas de questions trop embarrassantes de la juge auprès de Jean Claude Veillard.
Et les médias évitent soigneusement de faire le lien qui parait pourtant évident entre le financement de Daech par Lafarge et l'Etat français.

Le ministre des affaires étrangères de l'époque, Laurent Fabius, a insisté pour que Lafarge reste dans le pays.
"Toutefois, l'ancien directeur adjoint opérationnel de Lafarge Christian Herrault déclare aux enquêteurs que le ministère des Affaires étrangères était au courant des activités du cimentier et qu'il avait même encouragé l'entreprise à rester en Syrie. « Le Quai d'Orsay nous dit qu'il faut tenir, que ça va se régler », a notamment souligné Christian Herrault. « On allait voir tous les six mois l'ambassadeur de France pour la Syrie et personne ne nous a dit : Maintenant, il faut que vous partiez.  »" Le Point

DGSE DGSI DRM :
"LAFARGE RESTEZ EN SYRIE
POUR AIDER NOS MILICIENS RIBANAZIS DAECH AL NOSRA "

Lafarge devait rester en Syrie parce que l'implantation de l'entreprise était importante stratégiquement pour aider les terroristes!

Comme pour le financement des terroristes au Mali, il faut à l’État français une couverture.
Au Mali, c'était la prise d'otages qui servait de couverture. L'entreprise qui servait d'intermédiaire entre les terroristes et la France c'était Areva, l'entreprise DGSE servant à toutes les magouilles Franceàfric sur le continent africain.
J'écrivais en juin 2017 à propos d'Areva :
"Une entreprise franceàfric paravent qui sert en réalité à financer tout un tas de personnes pour favoriser les intérêts franceàfric en Afrique"
De la même manière, l'entreprise Lafarge semble être une entreprise paravent DGSE qui sert à financer la contre-révolution terroriste en Syrie.

La couverture comme pour le Mali a été la libération d'otage  mais pas uniquement, il y a aussi le fameux prétexte de devoir protéger les salariés !
Pour protéger les salariés il suffisait tout simplement de quitter le pays !
«Firas Tlass a publiquement apporté son soutien aux forces rebelles», pointe benoîtement le rapport interne commandé par Lafarge-Holcim au cabinet Baker & McKenzie, «au titre de dons à de nombreuses factions armées locales, y compris l’EI, l’objectif premier de ces paiements étant d’assurer en toute sécurité les employés et matières premières» de Lafarge en Syrie. Libération

CONCLUSION

Les chefs terroristes sont à l'Elysée.
Cela fait 8 ans qu'ils aident les terroristes en Côte d'Ivoire (2010-2011) au Mali (2012), en Libye (2011) , en Syrie (2011), au Burkina Faso (2012) et même le terrorisme d'Etat au Togo depuis 2012.
Après les trafics d'or de l'ONU en Côte d'Ivoire protégés par un flic français Jean-Marie Bourry pour financer les terroristes FAFN de Guillaume Soro le protégé de Juppé et de Fabius, après que Sarkozy et Hollande aient financé - 58 millions de dollars - AQMI (Al Qaeda au Magbreb) et 30 millions de dollars Ansardine, nous ne étonnons pas que la même politique ait été appliquée en Syrie.
Nous apprenons que Lafarge a versé 5,56M$ à des groupes terroristes dont 509 694 dollars à Daech.
Quand on met bout à bout les renseignements que nous donne Libération aujourd'hui sur les liens extrêmement étroits entre les services de renseignements français et Lafarge, et ceux que nous avons concernant l'intermédiaire vers les groupes terroristes, Finas Tlass dont la famille est la "protégée" de l'Etat français qui avait pour projet d'en faire des successeurs au régime en place en Syrie, il parait évident que c'est le choix de l'Etat français sous Hollande de financer les terroristes.
Pendant que Daech tuait des innocents en France par des attentats, l’Élysée les finançait.
Des lois antiterroristes étaient alors mises en place empêchant la liberté d'expression et persécutant les contestataires écologistes, anarchistes ....
Emmanuel Macron, le Président de la République actuel était à l'époque du financement de Daech le Secrétaire général adjoint du cabinet du président de la République française. Il est donc impossible qu'il soit étranger au financement de Daech. Et pire encore après l'été 2014, il était Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.
Rien d'étonnant non plus à ce qu'il s'allie avec Trump pour attaquer la Syrie une fois élu Président et au moment où l'armée syrienne était sur le point d'éradiquer le terrorisme !
Il applique le NATOcoup qui consiste à développer le terrorisme comme force contre-révolutionnaire.
L'objectif est de bâillonner les populations en asphyxie face à l'impérialisme et au capitalisme.
Les terroristes sont leur principale stratégie pour retarder une révolution mondiale inéluctable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire