articles

ARTICLES

jeudi 15 mars 2018

Mali : Cela fait 6 ans que les impérialistes soutiennent les terroristes pendant que Claude Angeli du Canard Enchaîné fait semblant d'être surpris

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 15/03/2018

Un journaliste se pose la question :
"

Mais comment expliquer que 3000 djihadistes, selon l’estimation très modérée du Renseignement militaire, puissent tenir tête aux 4500 hommes de la mission Barkhane équipés de blindés et protégés par des avions, des hélicoptères, des drones-espions ?"




Claude Angeli, comme tous ses collègues Franceàfric du Canard Enchainé faisait gentiment omertafric sur le terrorisme en Afrique depuis exactement 7 ans !
7 années pendant lesquelles l’omerta totale fut respectée par le soi-disant journal à scoop-scandale français.
Il est bien loin le temps où le jeune Claude Angeli n’avait peur de rien – et surtout pas de Giscard et de ses « micro-renifleurs ».
7 années depuis la publication, en avril 2011, du dernier véritable scandale impliquant Sarkozy et toute la chaîne de commandement français.
7 années depuis la révélation – par Jean-François Julliard – du financement des terroristes de Côte d’Ivoire par des trafics d’or dans les véhicules de l’ONU.


Voici tout à coup, depuis quelques numéros, que Claude Angeli – en mal de scoop sur le Proche-Orient – tourne tout à coup le regard vers le Mali.
Et pour faire quoi ?
Certainement pas dénoncer l’envoi des terroristes par Sarkozy ni aucun des autres centaines de scandales au Mali où l’Élysée, le général Puga, Le Drian, Fekl and co sont pilotés à distance par les véritables chefs d’un complot terroriste que la France a financé presque 100 millions d’euros (et peut-être même davantage encore)


Il écrit un article paru hier, le 14 mars, intitulé « la guerre perdue que voulait gagner Macron ».
De quelle guerre parle t-il ?
On commence alors à lire l’article et on apprend qu’il s’agit de la « guerre contre le terrorisme » au sahel.
«  L’ETAT-MAJOR n’a pas le moral ». Ce propos un peu forcé d’un diplomate recouvre cependant une réalité indiscutable : depuis environ un an, les grands chefs militaires se disent de plus en plus pessimistes, désabusés, voir irritables, dès qu’il est question du Sahel et de la chasse aux terroristes. Et mieux vaudrait éviter de leur demander l’impossible comme ce fut le cas le 13 décembre 2017. Ce jour-là à La Celle-Saint Cloud, les chefs d’État, Premiers ministres et ministres de la Défense des cinq pays africains censés préparer la formation du « G5 Sahel » - une force africaine de 5000 hommes – étaient reçus par le président Macron en compagnie de ses généraux et de ses ministres »

Macron dit qu’il fait la guerre au terrorisme
« Dans une allocution passé inaperçue, mais dont les chefs militaires conservent encore un souvenir amer, Emmanuel Macron avait alors joué au petit Bonaparte. « La guerre bat son plein au Sahel, proclamait-il. Il y a des attaques chaque jour. Il y a une réelle présence des terroristes. L’objectif est de remporter des victoires au premier semestre 2018. Nous devons intensifier l’effort. »

Mais ce n’est pas parce qu’il le dit qu’il la fait.

Alors pourquoi Claude Angeli répète t-il cette formule « la guerre que voulait gagner Macron ».
Macron n’a jamais eu le projet de gagner la guerre contre le terrorisme.
Les terroristes sont ses alliés contre les révolutionnaires.
Il a participé en tant que Secrétaire général adjoint du cabinet du président de la République française au financement des terroristes au montant de 58 millions de dollars.
Il a continué à protéger Iyad Ag Ghali, le chef des terroristes au Mali, comme le révélait un article récent de Jeune Afrique.

Mais Macron comme Hollande comme Sarkozy n’ont jamais fait la « guerre » aux terroristes en Afrique.

CE QUE CLAUDE ANGELI NE DIT PAS

SARKOZY A ENVOYÉ LES TERRORISTES ENVAHIR LE MALI


C’est Sarkozy qui a fait venir les terroristes au Mali le 17 janvier 2012.
Un ex dirigeant du MNLA Hama Ag Mahmoud a révélé l’accord conclut entre Sarkozy et son groupe jihadiste.
 "La France a demandé au MNLA de l’aider à faire déserter tous les combattants de l’Azawad qui étaient dans l’armée libyenne,… en contrepartie, elle nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad. C’est l’accord qui a été conclu avant la guerre entre le MNLA et la France."(interview de Hama Ag Mahmoud un des principaux chefs terroristes MNLA)

Sarkozy, Fillon, Juppé, Baroin et le général Puga ont envoyé les jihadistes attaquer le Mali

58 MILLIONS DE DOLLARS VERSES A AQMI PAR SARKOZY ET HOLLANDE

58 millions de dollars ont été versés à AQMI par Sarkozy et Hollande auquel il faut ajouter 20 millions d'euros versés par Hollande à Ansardine en octobre 2013.
« C’est l’Europe qui finance une bonne partie des opérations d’Al-Qaïda, selon une enquête publiée mardi 30 juillet par le New York Times. Le quotidien américain évalue à 105 millions de dollars (93 millions d’euros) le montant total des rançons remises aux diverses factions du groupe en échange de la libération de ressortissants enlevés. En tête, la France avec, selon l’enquête, 58 millions de dollars (43 millions d’euros) de versements depuis 2008. » Challenges

DEUX CHEFS TERRORISTES SONT INSTALLES AU POUVOIR


Deux chefs terroristes ont été installés au pouvoir.
Deux des principaux chefs terroristes ont été installés comme ministre et député dans le gouvernement malien. Les dirigeants des 2 principaux groupes qui ont attaqué en janvier 2012 : MNLA et Ansardine.
Hollande avec Macron a intronisé Nina Wallet Intalou chef MNLA comme que ministre du tourisme.
Ahmada Ag Bibi, organisateur de la charia à Kidal, intermédiaire terroriste choisi par Areva auprès de Gadoullet pour négocier la somme d’argent gigantesque versée aux groupes terroristes devient  député RPM de l’Internationale socialiste, le parti de Hollande, au Mali.
Ahmada Ag bibi était considéré comme la voix de Iyad Ag Ghali, leader du groupe Ansardine dont se revendiquent les commanditaires du récent l’attentat de Bamako.
Ahmada Ag Bibi faisait partie de la liste des terroristes les plus dangereux de la liste du Procureur.

Ce procureur Daniel Tessougué, le seul Procureur anti terroriste au Mali a été viré. (IpEaVaEaFaF)
De plus la liste des 28 chefs terroristes a été annulé par le Président du Mali.


LE PRINCIPAL CHEF TERRORISTE AU MALI IYAD AG GHALI PROTÉGÉ PAR MACRON


Iyad Ag Ghali chef de tous les terroristes est protégé par Macron et Bouteflika

Le JNIM dont le chef est Iyad Ag Ghali a aspiré tous les groupes terroristes.

Le terroriste Iyad Ag Ghali leader d'Ansardine #JNIM protégé par l'Algérie et la France qui s'accusent mutuellement


C'est un secret de polichinelle en Afrique....
Iyad Ag Ghali est le protégé de l'Algérie et de la France...
Ce leader d'Ansar Dine groupe terroriste criminel  peut faire ce qu'il veut au Mali...
Il sait qu'on ne viendra pas porter atteinte à son action terroriste...

Et cela fait presque 6 ans que dure cette farce criminelle....


Pourtant Macron joue une pièce de théâtre dans laquelle il serait un chef d'Etat luttant contre le terrorisme. Lui qui a été le ministre de Hollande qui a réinstallé les terroristes au Mali et qui a gardé Jean -Yves Le Drian en le faisant passer de ministre de la Défense sous Hollande à ministre des Affaires Etrangères, a le culot d'accuser l'Algérie de protéger Iyad Ag Ghali.
"Durant sa visite à Alger, le 6 décembre, Emmanuel Macron a abordé le cas d'Iyad Ag Ghali avec les dirigeants algériens, en particulier lors de son entretien avec Ahmed Gaid Salah, le vice-ministre de la Défense nationale, et ses collaborateurs. Ces echanges portant sur le chef du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), qui chapeaute les principaux groupes jihadistes au Mali, ont été tendus. Les renseignements français ont en effet acquis la certitude qu'Ag Ghali et ses proches bénéficient du soutien, voire de la protection, des services de sécurité algériens. Ce qu'Alger dément catégoriquement. " Jeune Afrique N° 2971-72-73.
Nouvelle qui est un secret de Polichinelle.
On sait même par un courriel reçu par Hillary Clinton que les services secrets algériens ont passé accord avec AQMI en leur demandant d'attaquer Maroc et Mali (source DNA)
En réponse aux propos hypocrites de Macron, un responsable algérien possédant un sens de l'humour a répondu :
"Si les Français le voulaient vraiment, ils le mettraient hors d'état de nuire : ils en ont tous les moyens", souligne un responsable algérien. Jeune Afrique N° 2971-72-73.
Soulignant par là que Macron n'a pas besoin du feu vert des Algériens et donc du DRS pour en finir avec leur protégé !
Eh oui...

Bonnet blanc Blanc Bonnet...

La France comme l'Algérie protège Iyad Ag Ghali.
Ils s'arrangent même entre eux pour lui trouver la meilleure protection. La France a pour allié Iyad Ag Ghali contre les révolutionnaires maliens...
Elle le protège mais ne veut pas que ça se sache de trop....
Alors quand ses hommes se retrouvent prêts à le "cueillir", l’Élysée est bien embêté... Hollande ne veut pas passer pour "ami des terroristes" aux yeux de tous... Alors la France prévient l'Algérie - ami d'Iyad Ag Ghali - pour  protéger le terroriste sans que ça ne se voit de trop...
"C’est un geste de courtoisie diplomatique et militaire dont on se souviendra longtemps au ministère français de la défense. En 2014, alors qu’elle avait Iyad Ag-Ghali, chef du mouvement djihadiste malien Ansar Eddine à portée de fusil, la France a choisi de prendre l’avis d’Alger avant d’agir, plutôt que de le « neutraliser » ou de le capturer vivant.
Pas si peu fiers de cette marque de considération, les Algériens envoient à Paris un message aussi clair que l’eau de roche : « Ne vous occupez pas d’Iyad. Nous en faisons notre affaire. »
On connaît bien la suite de cette consultation franco-algérienne : Iyad Ag-Ghali en a tiré profit pour disparaître des écrans radar. Mieux, le chef djihadiste a reconstitué Ansar Eddine, sorti, comme tous les autres mouvements djihadistes, du Sahel, zone déstabilisée par l’opération militaire française « Serval » de janvier 2013." Le Monde
Lire l'article complet :

Comment Alger protège le djihadiste Iyad Ag-Ghali avec l’aide de Paris

L'Algérie en a fait un allié depuis longtemps, depuis 1991 où Iyad Ag Ghali était l'"homme du DRS" au Mali.
"Lorsque la diplomatie algérienne impose sa médiation dans le conflit malien et organise des négociations à Tamanrasset en 1991, les hommes du DRS choisissent de miser sur le jeune et ambitieux leader. Interlocuteur du gouvernement malien lors de ces pourparlers, Iyad accepte de signer l’accord de paix de Tamanrasset alors qu’aucun des objectifs de la rébellion n’est atteint. Un acte qui lui vaudra d’être considéré par beaucoup de maliens comme l’homme qui a ramené la paix au nord Mali, et par beaucoup de rebelles comme un traître passé sous la coupe de l’Etat. Le camps touareg se divise. Iyad, qui d’une pierre deux coups a acquis le soutien d’Alger et la confiance des autorités maliennes, fonde le Mouvement national de l’Azawad (MNA), un mouvement composé majoritairement de touaregs modérés." Mondafrique

Et il irait régulièrement rejoindre sa propriété en Algérie dans la plus grande tranquillité alors qu'officiellement il serait recherché pour ses crimes terroristes.
"Tout le monde sait aujourd’hui où se trouve Iyad Ag Ghali, le charismatique leader du mouvement islamiste Ansar Dine officiellement désigné comme terroriste par le département d’Etat américain. Réfugié dans le sud algérien, notamment vers la ville de Tinzawaten où il possèderait une maison, l’homme navigue régulièrement à travers les dunes jusqu’à la ville d’Abeybara dont il est originaire au Mali. Tout le monde sait où il est, oui, mais rien ne se passe. Et pour cause, malgré la fuite d’Iyad après l’opération Serval, celui que l’on surnomme « le lion du désert » n’a rien perdu de son influence. Ses puissants réseaux qui vont de Kidal aux redoutables services de renseignement algérien (DRS) en passant par le pouvoir de Bamako en font, plus que jamais, un homme sous protection, incontournable pour résoudre la crise malienne."" Mondafrique
Quand il s'est agi de protéger Iyad Ag Ghali pendant l'opération Serval, la France était là.... Elle l'a protégé chez son grand ami Compaoré au Burkina Faso au 11° étage de l'hôtel Laïco jusque fin janvier 2013 puis dans une villa de luxe.


Mondafrique se demande si l'impunité 'Iad Ag Ghali ne s'expliquerait-elle pas par une volonté de la France de donner plus de pouvoir à cet homme.
"La liberté dont il dispose dans ses déplacements au nord Mali interrogent en tout cas la position de Paris dont les militaires sont toujours sur place. La France, qui lance sa nouvelle opération de lutte contre le terrorisme dans le Sahel, Barkhane, et dont l’alliance avec le Mnla au Mali n’a donné que peu de résultats souhaite-t-elle remettre Iyad Ag Ghali dans le jeu ?"" extrait de mon article Barkhane Mali: 2 soldats français tués par les terroristes missionnés par Sarkozy en 2012, récompensés par Hollande-Macron en 2013 (20M€) pendant que leurs leaders Nina Wallet Intalou et Ahmada Ag Bibi sont installés au gouvernement et au parlement maliens )

MAIS CLAUDE ANGELI POSE UNE QUESTION :


« COMMENT EXPLIQUER QUE 3000 DJIHADISTES, SELON L’ESTIMATION TRÈS MODEREE DU RENSEIGNEMENT MILITAIRE, PUISSENT TENIR TÊTE AUX 4500 HOMMES DE LA MISSION BARKHANE ÉQUIPÉS DE BLINDES ET PROTÉGÉS PAR DES AVIONS, DES HÉLICOPTÈRES, DES DRONES-ESPIONS ? »


La question de Claude Angeli faussement naïve est en réalité une démonstration qui prouve que Macron ne fait pas la guerre aux terroristes.
Les effectifs des soldats français sont bien plus grands que le nombres de jihadistes. Les soldats de l’opération Barkhane sont 1500 de plus que les jihadistes.
Et il faut ajouter aux 4500 soldats de l’opération Barkhane les casques bleus de la Minusma et les soldats de l’armée malienne. Ce qui fait au total 29200 soldats et 1740 policiers.
Il y a 10 fois plus de soldats censés lutter contre le terrorisme que de terroristes.
Le figaro donne le même chiffre que Claude Angeli concernant le nombre de soldats de l'opération Barkhane.
Claude Angeli donne le chiffre de 3000 jihadistes au Sahel.Mais ce chiffre correspond à l'estimation de CNN en septembre 2014, il y a 4 ans.

Sans compter que ces soldats ont à disposition le matériel militaire le plus sophistiqué.
« Mais comment expliquer que 3000 djihadistes, selon l’estimation très modérée du Renseignement militaire, puissent tenir tête aux 4500 hommes de la mission Barkhane équipés de blindés et protégés pr des avions, des hélicoptères, des drones-espions ? Et bientôt, peut-être, par des drones-tueurs armés de missiles US Hellfire. D’autant que les Français ne sont pas les seuls…
Au Mali, par exemple, les Casques bleus de la Minusma sont au nombre de 11700 soldats et de 1740 policiers. Et les effectifs de l’armée malienne s’élèvent à 13000 hommes, dont certains, affirment les militaires, revendent les matériels dont ils sont équipés. Au Niger voisin, un contingent de 800 Américains fournit aux Français grâce à leurs drones-espions, une série de renseignement sur les déplacements des djihadistes. Quant aux quelques centaines d’Européens présents au Sahel, tous non-combattants, ils se consacrent à la formation de quelques armées locales. » Le Canard Enchaîné du 14 mars 2018

Malgré sous un contingent de soldats 10 fois plus nombreux que les jihadistes et du matériel sophistiqué, l’armée française n’arriverait pas à attraper les djihadistes.
« (…) Sans autres victoires que celles qui ont consisté à éliminer 450 djihadistes et à en capturer 150, d’aout 2014 à février 2018, selon les chiffres rendus publics par Florence Parly, la ministre des Armées. Mais malgré ce bilan, les victoires exigées par Macron »au premier semestre 2018 » sont toujours sur liste d’attente »Le Canard Enchaîné du 14 mars 2018

INSTALLER UNE ARMÉE D’OCCUPATION POUR GARANTIR LES SALAIRES ESCLAVAGISTES ET PERMETTRE AUX TERRORISTES DE RECRUTER EN ASPIRANT TOUS LES RÉVOLUTIONNAIRES POTENTIELS


Macron ne dit pas que l’Élysée a installé les terroristes au pouvoir et donc que son objectif n’est absolument pas de combattre les terroristes.
Alors pourquoi autant de soldats envoyés au Sahel ?
Pour installer une armée d’occupation qui permet de garantir un régime autoritaire, dictature Franceàfric intégrant les terroristes au pouvoir.
Si l’armée n’attrape pas les terroristes, se pourrait-il qu’elle les protège alors ?
Bien évidemment, une armée d’occupation qui a pour objectif affiché de combattre les terroristes permet à ceux-ci de recruter en passant pour des rebelles anti occupation anti armée coloniale.
Ils aspirent ainsi tous les potentiels révolutionnaires et les empêche de devenir des Sankaristes humanocrates égalistes.
Moins il y a de révolutionnaires, plus l’impérialisme peut perdurer.

Seuls les journalistes des médiafric font encore mine de croire que Macron combat les terroristes.
Car même au sein de l’armée ils n’y croient pas. Certains parlent même de «fausse armée» à l’état-major quand il s'agit de recruter des militaires locaux comme force contrerévolutionnaire tournée vers leurs populations.... et pas du tout contre les terroristes ..... protégés par la DGSE !
« Rien n’est moins sûr, et , à l’état-major, chacun souligne le manque de formation, de moyens et de combativité de cette « fausse armée », comme disent certains. »Le Canard Enchaîné du 14 mars 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire