lundi 3 juillet 2017

Bernard Sainz, roi du dopage au tribunal demain à Caen ! Omerta des médias pour ne pas déranger le Tour de France

"
Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 03/07/2017

"
"Il me conseillait sur les prises d'EPO de testostérone et d'hormone de croissance. Il me donnait un protocole qui indiquait combien de temps avant il fallait le prendre pour passer à travers le contrôle. Il me disait tout.
Je m'expose beaucoup en vous disant cela. j'ai peur des représailles. Je ne pourrai pas être confronté à lui. Pour moi, comme je vous l'ai dit c'est un gourou. Vous ne vous rendez pas compte de qui est Bernard Sainz dans le milieu du cyclisme. S'il est surnommé Dieu, ce n'est pas pour rien" (
Stéphane Belot)"



Les images du Tour de France sont omniprésentes dans les médias, télé, radio, journaux.

Les coureurs photographiés avec leur famille... les paysages ... les foules en liesse lorsque les coureurs passent... sans oublier les panneaux publicitaires...
Parce que c'est surtout ça le Tour de France une gigantesque campagne publicitaire de presque toutes les multinationales...
Un énorme bourrage de crâne de choses futiles, des performances sportives pour faire acheter encore et toujours à des armées de zombies devant leur poste de télévision des choses dont ils n'ont pas besoin mais qui va assouvir une "envie" symptôme d'une pathologie consumériste en construction.

On a droit, tous les ans, aux discours sur les belles valeurs du sport...
Alors qu'en coulisse, les coureurs se dopent, les autorités anti dopage laissent faire et on nous annonce des performances sportives extraordinaires... qui seraient sans doute impossible sans dopage....
Philippe Gaumont champion décédé à 40 ans l'a dit aux journalistes de Paris Match :

"Il sait qu’on ne peut pas gagner un Tour de France sans être « chargé ». « Ou alors il faudrait que tout le monde arrête de se doper », ajoute-t-il, comme s’il voulait y croire encore un peu. " Paris Match

Par contre, la comparution de Bernard Sainz, alias Docteur Mabuse, le roi du dopage dans le cyclisme est soigneusement cachée.

"Bernard Sainz, alias le docteur Mabuse, comparaît mardi 4 juillet 2017 au tribunal
Bernard Sainz alias Docteur Mabuse
correctionnel de Caen (Calvados) avec dix autres prévenus dans une affaire de dopage dans le monde du cyclisme amateur et semi-professionnel.
(...)
Il est poursuivi pour "aide à l'utilisation de substance ou méthode interdite aux sportifs dans le cadre d'une manifestation sportive" et pour "dopage commis du 25 mai 2007 au 30 novembre 2010 dans le Calvados et en Ile-de-France"." Tendance Ouest

Bernard Sainz est celui qui prescrit des produits dopants aux coureurs de Tour de France.
Jean Pierre Verdy ex Directeur des contrôles à l'agence française anti dopage dit dans Cash Investigation :
"Les écoutes montrent qu'il (Bernard Sainz) suit les grands noms du peloton."

Pas un mot dans les grands médias concernant la comparution de Bernard Sainz. Silence. Tout ce qui peut ternir l'image du Tour de France et les si belles valeurs patriotiques doit être mis sous le tapis.

TOUR DE FRANCE RIME AVEC DOPAGE


Pourtant il y a un peu plus d'un an, le 27 juin 2016, été diffusé dans Cash Investigation une enquête sur le dopage intitulé "Dopage : ça roule toujours".
Nous savions tous plus ou moins qu'il y avait du dopage dans le sport et en particulier dans le cyclisme...
Mais nous ne savions pas que cela faisait partie entièrement de la compétition du Tour de France.
Bernard Sainz et son dopage des coureurs est au centre de ce documentaire.
Bernard Saint alias Docteur Mabuse est un professionnel du dopage des coureurs, et il est très connu de tous dans le milieu du cyclisme.
Il est considéré comme un "Dieu" dans le milieu diront plusieurs des témoins coureurs et les veuves de coureurs dans le reportage.

A Lens, Elise Gaumont, veuve du champion cycliste Philippe Gaumont décédé à 40 ans en 2013 d'un malaise cardiaque témoigne à la fois du fait que les produits dopants fassent partis intégralement de la compétition cycliste et aussi du rôle de"gourou" de Bernard Sainz :

"On a porté certains produits dopants. moi je l'ai fait je suis même allé en acheter en Espagne".
(...)
"Bernard Sainz avait une énorme influence sur les coureurs c'était leur gourou."

On nous fait croire que les organisateurs du Tour de France utilisent tous les moyens pour combattre le dopage et qu'il serait impossible de passer au travers du filet. Mais c'est du grand cinéma.

Le dopage dans le cyclisme, c'est une institution dont tout le monde ferme les yeux.


QUAND ELISE LUCET MONTRE A BRUNO GENEVOIS PRÉSIDENT DE L'AGENCE FRANÇAISE DE LUTTE CONTRE LE DOPAGE LES PREUVES DE PRESCRIPTION DE PRODUITS DOPANTS DE BERNARD SAINZ, IL PROPOSE QUE CELUI-CI AILLE DÉNONCER SES CLIENTS



Bruno Genevois, Président de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) est interviewé par Elise Lucet.
La journaliste lui montre les deux vidéos prises caméras cachés par deux coureurs. Elles prouvent que Bernard Sainz prescrit des produits dopants à des coureurs cyclistes.
Alors que pendant qu'il regarde la vidéo, Bruno Genevois redressent ses sourcils de stupéfaction (Elise Lucet pour le décrire dit "ses sourcils sautent en l'air"), il propose, alors qu'il a le pouvoir de le contraindre que les clients de Bernard Sainz viennent le dénoncer.

Bruno Genevois après avoir vu la vidéo dit :
Bruno Genevois,Président de l'Agence française
de lutte contre le dopage, en train de soulever ses sourcils
de stupéfaction devant les vidéos dans lesquelles
B Sainz délivre des protocoles de dopage aux coureurs.

"Nous essayons de lutter contre cela. Si les faits sont prouvés, c'est 5 ans d'emprisonnement. Mais encore faut-il le prouver"

Sauf que la preuve, il vient de l'avoir sous les yeux !!!!
Elise Lucet ajoute :
"Bernard Sainz nous donne des noms de coureurs qu'il suit aujourd'hui alors qu'il sait qu'il est filmé. Il nous donne des noms"
Bruno Genevois, Président de l'Agence française de lutte contre le dopage, répond :


"Il (Bernard Sainz) n'a qu'à les porter à la connaissance des autorités responsables"
Elise Lucet :  On a un peu l'impression que vous ne lui faites pas peur à Bernard Sainz

Bruno Genevois :  Ah bah ça viendra

Ça n'est pas venu bien vite...

ALORS QUE LA FRANCE ENTIÈRE A VU LES PREUVES QUE BERNARD SAINZ PRESCRIT DES PRODUITS DOPANTS, IL A FALLU UN AN POUR QU'IL SOIT CONVOQUE PAR LA JUSTICE...


 Alors que la France entière a les preuves que Bernard Sainz dope les coureurs, il est toujours en liberté un an après la diffusion du reportage !

Il comparait demain devant la justice. Mais pour quel résultat ?


Ce n'est pas la première fois. En 1999, il est arrêté par la police.

Mais au final, il n'a fait que deux mois de détention et l'année d'après il était au  Tour de France tout guilleret en train de signé des photographes. Et il n'a jamais été condamné pour dopage.


Pourtant, en plus de doper les coureurs, il vole l’État français depuis des années et ne déclarant pas les énormes sommes d'argent qu'il gagne.

Jean Pierre Verdy ex directeur des contrôles à l'agence française anti dopage nous annonce que Bernard Sainz ne déclare pas son argent au fisc.

"Pour moi c'est un renard, on a jamais pu le prendre.On découvre qu'il n'a pas de compte en banque. Le fisc ne trouve rien."

Nous apprenons pourtant dans le documentaire qu'il est propriétaire d'un manoir en Normandie et qu'il perçoit des sommes gigantesques.
Il se fait payer des primes de 5000 à 2000 euros en fonction du classement des coureurs dans la course + 100 à 200 euros les gouttes (produits dopants) et c'est de 3 à 5000 euros pour pouvoir commencer à le consulter.

Tout cet argent volé à l'Etat n’intéresse pas les autorités compétentes... Il reste tranquille dans son manoir avec son argent volé au fisc, donc à nous les contribuables.

OMERTA SUR LE DOPAGE
"SI ON VA CONTRE BERNARD SAINZ NOTRE CARRIÈRE EST FINIE"


Ils sont peu nombreux, les coureurs qui osent dénoncer Bernard Sainz.

Durant tout le reportage, les coureurs interrogés défendent presque toujours Bernard Sainz.
Seuls quelques uns ont osé dénoncer.
Le premier s'est suicidé deux semaines avant d'être confronté à Bernard Sainz. Il avait 30 ans.
Il s'appelle Stéphane Belot.
Il a dit à propos de Bernard Sainz :
"Il me conseillait sur les prises d'EPO de testostérone et d'hormone de croissance. Il me
Stéphane Belot, décédé à 30 ans, juste avant d'avoir à être
confronté à Bernard Sainz,
celui contre qui il avait témoigné pour
dopage
donnait un protocole qui indiquait combien de temps avant il fallait le prendre pour passer à travers le contrôle. Il me disait tout.
Je m'expose beaucoup en vous disant cela. J'ai peur des représailles. Je ne pourrai pas être confronté à lui. Pour moi, comme je vous l'ai dit, c'est un gourou. Vous ne vous rendez pas compte de qui est Bernard Sainz dans le milieu du cyclisme. S'il est surnommé Dieu, ce n'est pas pour rien" (
Stéphane Belot)
Un autre coureur a osé parlé. On le voit témoigner dans Cash Investigation.

Fabien Taillefer dit "B Sainz conseille à mon père un protocole de dopage à base d'hormones de croissance"

Ce coureur est lui aussi, convoqué au Tribunal Mardi ; pour s'être dopé. Mais la justice va-t-elle prendre en considération que, à la différence des autres, lui a dit la vérité et que c'est grâce à son courage que nous pouvons savoir et que ce fléau pourra peut être cesser.

Parmi les prévenus figure Fabien Taillefer, vainqueur en 2007 du Paris-Roubaix juniors, qui a avoué durant l'enquête s'être dopé à l'époque. Tendance Ouest
Fabien Taillefer a dévoilé, dans le documentaire de Cash Investigation, l'omerta qui règne dans le cyclisme sur le dopage. Ce sont ceux qui

Fabien Taillefer a eu le courage
de témoigner contre le dopage
osent parler qui sont mis sur la touche. Une vraie mafia !
"Si on va contre Bernard Sainz notre carrière elle est finie parce qu'il y a pleins de gens qui le connaissent. Donc vous allez vous mettre un monde à dos. Vous imaginez vous mettre tout le monde à dos, être montré du doigt. Donc faut avoir du courage"


C'est comme dans l’Éducation Nationale avec les violences à enfants, ceux qui ont des "problèmes" sont ceux qui dénoncent les violences .
Bernard Sainz n'a pas de raison d'avoir peur de qui que ce soit. Il répond à l'aise aux questions d'Elise Lucet. Il se sait ultra protégé.
Quand les journalistes de Cash Investigation interroge le  Président du syndicat des cyclistes professionnel, Pascal Chanteur, il répond que Bernard Sainz a sauvé son petit garçon et il ajoute "vous savez ce monsieur officie auprès des plus grands depuis une quarantaine d'années"
Autrement dit, ce Bernard Sainz est une célébrité dans le cyclisme et il ne faut pas dire la vérité sur ce qu'il est vraiment, car tous ceux qui ont du pouvoir dans ce milieu le vénère.

Les seuls qui "ont peur" ce sont les sportifs qui témoignent contre lui.



Ci-dessous l'intégralité du reportage de Cash Investigation :




Derrière le dopage il y a la mort. Isabelle Billet veuve de Pierre Henri Menthéour, champion cycliste mort d'un cancer du pancréas à 53 ans et Élise Gaumont, veuve de Philippe Gaumont, mort à 40 ans d'un arrêt cardiaque en ont témoigné dans Cash Investigation.
Mais bien peu ont le courage de témoigner.
L'omerta règne et les cyclistes l'ont bien compris. Pour rester dans la secte du Tour de France, il ne faut pas s'en prendre à Bernard Sainz.
Les coureurs sont des hommes manipulés par une société qui marche sur la tête. Se doper pour améliorer des performances qui feront plaisir à des journalistes corrompus qui veulent remplir l'actualité d'inepties pour cacher les ignominies des gouvernants français en Afrique.
On a à peine entendu parler des révélations des militaires qui témoignent du fait que l’Élysée ait donner l'ordre en 1994 d'armer les génocidaires au Rwanda. On n'a pas entendu dire la vérité sur l'aide apportée par Sarkozy et Hollande aux terroristes du Mali, on n'a rien vu sur le fait que l'ex provisoire directeur de la DGSE avait participé au coup d’État contre Gbagbo et à l'opération de soutien aux terroristes au Mali...
Par contre tout le monde a entendu parler du Tour de France. On n'entend que ça, on ne voit que ça dans les médias en ce moment... Et bien entendu aussi, les publicités.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire