mardi 13 décembre 2016

Wilhelm Reich toujours actuel pour analyser l'islamofascisme et les ribafascistes

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 12/10/2016






On voit se développer un islamofascisme organisé par les USA et financé par l'Arabie Saoudite et  le Qatar. Des organisations comme Daech ou Al Qaeda  propagent un faux islam au service des banques. Elles ont pu être crées et prospérer grâce à l'aide des Etats Unis.
Ces organisations criminelles ont aussi des auxiliaires. Des organisations en apparence non meurtrières mais qui propagent une idéologie raciste, antisémite, anti femme au nom du soit disant islam.

Si le fascisme est défini par le dictionnaire Larousse comme une "doctrine ou tendance visant à installer un régime autoritaire rappelant le fascisme italien ; ce régime lui-même", on voit depuis les Regulares espagnols au Maroc, Al Husseini avec la Grande Bretagne puis Hitler, les Frères Musulmans dirigés par l'agent de la CIA père de Tariq Ramadan, Al Qaeda, puis DAECH apparaitre un nouveau fascisme créé de toutes pièces par l'impérialisme.
Le complot terroriste vise aussi bien l'Asie, le Proche-Orient, l'Afrique que l'Europe.

RECRUTEMENT ISLAMOFASCISTE DANS LES QUARTIERS PAUVRES DANS LES PAYS A FORT POTENTIEL RÉVOLUTIONNAIRE


L'organisation Daech recrute dans les quartiers pauvres en Europe.
L'objectif des chefs de cette organisation financée et mise en place par les USA est clairement de recruter dans la jeunesse des quartiers pauvres. Autrement dit ceux qui ont toutes les raisons de devenir anti capitaliste parce qu' ils vivent les inégalités quotidiennement et leurs ascendants ont vécus le colonialisme français sont recrutés par Daech.

Gilles Kepel considère que depuis 2005 et l'Appel à la résistance islamique mondiale de Mustafa Setmariam Nassar, 58 ans (alias Abou Moussab al-Souri (le Syrien)), que certains considèrent être le principal idéologue de DAECH l'objectif est clairement de recruter les jeunes d'origine immigrés dans les quartiers défavorisés des pays européens.
«  L'année 2005 voit la mise en ligne d'un « Appel à la résistance islamique mondiale »
qui théorise le terrorisme sur le sol européen comme principal vecteur de la lutte contre l'Occident et identifie dans la jeunesse « mal intégrée » issue de l'immigration son instrument de prédilection Ce texte rompt avec la logique d'Al-Qaeda, dont les dirigeants missionnaient des exécutants venus du Moyen-Orient pour attaquer les Etats-Unis et privilégie une stratégie d'offensive à l'intérieur des pays d'Europe, avec l'objectif de les faire imploser en suscitant la guerre civile en leur sein. » p 30 Gilles Kepel Terreur dans l'hexagone, genèse du djihad français

Mais, Gilles Képel ne relève pas la convergence de stratégie de la CIA et de Abou Moussab al-Souri !
Comme par hasard, la stratégie de la tension de l'OTAN (strategia della tensione) est en parfait accord avec les élucubrations fascistes de celui que Assad libéra pour pourrir la révolution syrienne.
"Il a été arrêté par les services secrets pakistanais en 2005, avant d’être remis aux Etats-Unis qui, à leur tour, l’ont livré à Damas en 2011. Bachar el-Assad le relâchera en 2011 afin de propager les idées djihadistes parmi les manifestants qui s’opposent à lui dans la rue."Le Matin

La France, pays européen à fort potentiel révolutionnaire et dont les manifestations massives sont relativement fréquentes, est particulièrement marquée par cette propagande djihadiste. Il en ait de même pour la Tunisie qui a fait une révolution il y a seulement quelques années.
« La France produit effectivement un fort contingent de djihadistes (1200) tout comme la Belgique (440) et la Tunisie (entre 1300 et 3000). » Marianne


Il y a alliance de la gangtéroisie djihadistes avec les boursiers de Wall Street pour prendre les potentiels recrues aux révolutionnaires et les transformer en kamikazes tueurs d'innocents.

L'objectif est aussi de diviser les pauvres d'Europe en les détournant des questions sociales en axant leur pensée vers un mysticisme gangstérois anti science.

Les djihadistes comme les nazis recrutent surtout parmi les déçus du système capitaliste, parmi ceux qui espéraient plus et qui se trouvent lésés. L'objectif est le même pour les nazis comme pour les djihadistes, ils s'appuient sur cette révolte pour la détourner vers un mysticisme meurtrier.

« L'apparition d'un modèle de rupture avec les valeurs de la « société mécréante » se substitue au précédent modèle de rupture sociale avec la « société bourgeoise ». En émerge une génération de diplômés, de cadres et d'entrepreneurs de culture musulmane, imbus de valeurs de droite et révérant les forces du marché. » p 233 Gilles Kepel Terreur dans l'hexagone, genèse du djihad français

C'est aussi ce qu'ont fait les partis fascistes d'Europe dans les années 30.

Cet aspect est relevé pas Wilhelm Reich qui dénonce des similitudes organisationnelles

En Allemagne, Hitler voulait imposer l'impérialisme nationaliste par des méthodes marxistes.

« Pour parvenir à ses fins, Hitler fait appel aux sentiments nationalistes des foules, mais il décide d'organiser son mouvement, comme le marxisme, sur une base de masse, de mettre au point une propagande appropriée et de s'en servir de manière conséquente. Son propos est donc – il est le premier à l'admettre – d'imposer l'impérialisme nationaliste par des méthodes empruntées au marxisme et sa technique d'organisation des masses. » Psychologie de masse du fascisme p 57

Une partie de ceux qui ont rejoints Hitler étaient convaincus que leur leader était un ennemi du capital et pensaient réaliser une révolution socialiste.

« Il suffisait de s'entretenir avec des partisans du national-socialisme, notamment avec des membres des SA, pour se rendre compte que la phraséologie révolutionnaire était le facteur décisif du ralliement de ces masses. Ainsi, certains national-socialistes niaient qu'Hitler représentât le capital. D'autres mettaient Hitler en garde de trahir la cause de la « révolution ». Quelques membres de SA affirmaient qu'Hitler était le Lénine allemand. » Psychologie de masse du fascisme p 57

C'est pourquoi, une partie des recrues d'Hitler étaient des révolutionnaires potentiels.

« Les transfuges de la social-démocratie et des partis libéraux du centre, qui étaient venus au national-socialisme, appartenaient sans exception aux masses révolutionnaires qui avaient fait partie naguère du groupe des apolitiques et des indécis. Les communistes convertis au national socialiste étaient souvent des éléments révolutionnaires qui n'avaient pas compris les mots d'ordre contradictoire du Parti Communiste allemand ou qui s'en étaient laissé imposer par le faste extérieur du Parti d'Hitler, par son allure militaire, par ses explosions de force brutale. » p 104

POUR ATTIRER LES MASSES LES FASCISTES REPRENNENT UN VOCABULAIRE MARXISTE QU'ILS DÉTOURNENT


Certains thèmes sont empruntés directement au marxisme comme « la lutte contre le grand capital »

« Hitler n'aurait jamais pu gagner à sa cause les classes moyennes s'il n'avait pas promis d'engager la lutte contre le grand capital. » p 59

Le vocabulaire utilisé par les fascistes est en partie celui des révolutionnaires marxistes.

« Parmi les moyens symboliques mis en œuvre, on est frappé par le symbolisme du drapeau :

« Nous sommes l'armée de la croix gammée
Brandissez les drapeaux rouges
C'est au travail allemand que nous voulons
Aplanir le chemin de la liberté
 »

Ce texte est nettement révolutionnaire si l'on considère son orientation émotionnelle. Les national-socialistes utilisaient à bon escient des airs révolutionnaires auxquels ils adaptaient des paroles réactionnaires. » p 104 Psychologie de masse du fascisme

LES NOUVELLES ORGANISATIONS TOLÉRANTES AVEC LES DJIHADISTES


Les organisations qui détruisent les combats des révolutionnaires laïques et qui se donnent des allures de résistants anti colonisation fleurissent en France actuellement.

Il y a les indigènes de la République, le collectif Mafed, le collectif Mwasi ...

Ces organisations donnent l'illusion qu'elles sont anti colonial mais jamais elles ne parlent des crimes de la France en Afrique. Jamais elles ne dénoncent les 100 millions de bébés africains morts en 25 ans.
Et elles ne se sont jamais prononcées contre les coups d'état comme celui de Ouattara organisé par la France et mettant Gbagbo à la Haye, lui qui avait gagné les élections.


Mais, par contre, elles créent un racisme. Le racisme "anti blanc". Elle refuse le concept de « nous sommes tous des roses ». En mai 2015, j'avais répondu à un tweet de Sihame Assbague »,


@Lil_RoXaNe @s_assbague je RT. Mais je préfère les mots rose foncé et rose clair que noir et blanc.http://revolisationactu.blogspot.fr/.../nous-sommes-tous... Considérer que nous sommes une même race et que nos couleurs de peau ne sont que des dégradés d'une même couleur était pour Sihame Assbague insupportable. Elle m'avait donc répondue en m'insultant.




Les organisateurs du "camp décolonial" interdit aux roses clairs sont racistes. Toutes les personnes ayant  une couleur de peau rose pâle étaient interdites d'entrée !!! Le Figaro décrit à quoi ressemblait de "camp décolonial".

"
Ce «camp d'été décolonial» se présente comme une «formation à l'antiracisme politique». Un stage de quatre jours, du 25 au 28 août, ouvert à 150 personnes, qui aura lieu près de Reims et qui s'inscrit «dans la tradition des luttes d'émancipations décoloniales anti-capitalistes et d'éducation populaire», expliquent sur leur site les organisatrices, qui revendiquent déjà «plus de la moitié des places réservées.»
Une forme d'antiracisme très spéciale, puisqu'elle exclut les personnes blanches. En effet, est-il précisé sur le site: «Le camp d'été est réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d'État en contexte français, nous accepterons cependant quelques inscriptions de personnes subissant le racisme d'État mais vivants dans d'autres pays.» Une précision qui exclut de facto les personnes blanches, qui ne souffrent pas selon les organisateurs de «racisme structurel». Une exclusion qui n'est pas sans susciter l'indignation. «Où sont les critiques? Où sont les demandes d'interdiction?», se demande ainsi le journaliste Laurent de Boissieu, qui le premier a repéré l'évènement, sur son blog.
A l'origine de cette idée, deux militantes: Fania Noël et Sihame Assbague. Cette dernière, qui se présente comme une militante antiraciste, est proche du PIR (Parti des Indigènes de la République) mouvement qui dénonce le «philosémitisme» d'État, dont l'une des responsables, Houria Boutedjla est accusée de prôner une forme de racisme anti-Blancs. Porte-parole du Collectif «stop au contrôle au faciès», Sihame Assbague est également membre du Collectif Mafed, Marche des femmes pour la dignité. Quant à Fania Noël, elle se présente comme «afroféministe anticapitaliste anticolonialiste anti-impérialiste anti-mixité…», et fait partie du Collectif Mwasi, réservé aux «femmes cisgenres et transgenres noires/métisses africaines et afro-descendantes». Cette militante très radicale revendique ouvertement une forme de communautarisme. «Je pars du principe que si tu ne vis pas un truc, tu ne peux pas en parler», déclarait-elle à Libération. «Oh que oui, on est bien entre nous!», ajoutait-elle, un brin provocatrice. «Entre nous». C'est bien là le principe du camp d'été. Il est également précisé que les couples non-mixtes ne sont pas acceptés, puisqu'il faut subir de façon «personnelle» le racisme d'Etat. Contactées, les deux organisatrices n'ont pas accepté de répondre à nos questions.
Au programme du stage, on trouve, pêle-mêle: des ateliers d'écriture pour «décoloniser l'imagination», des formations pour «construire une lutte anticapitaliste décoloniale à l'échelle de l'UE», mais aussi «lutter contre la négrophobie des personnes racisé.e.s non noir.e.s», et «combattre les politiques anti-migrations»." Le Figaro

Les leaders de ces groupes ont des propos très ambigus concernant le djihadisme. Caroline Fourest démasque ce que cache réellement ces organisations.

« Ces « nouveaux antiracistes » sont plutôt pro-islamistes, partisans de la concurrence victimaire entre les juifs et les Arabes ou les Noirs, parfois même racistes envers les juifs et méprisants envers les homosexuels. La plupart ont participé à la Marche de la dignité, ce grand rendez-vous des « nouveaux antiracistes ». Aveuglée par la présence d'Angela Davis, la presse l'a couverte avec une incroyable complaisance. Il s'agissait en fait d'une marche très radicale, où l'on a fait siffler « Charlie Hebdo » et des intellectuels engagés contre l'intégrisme, le tout en brandissant une banderole plus que douteuse... Elle était censée montrer les visages des victimes de violences policières racistes. Sauf que parmi ces visages se trouvaient celui d'un certain Bilal Bertrand Nzohbonayo. L'homme qui aurait crié « Allahou akbar » avant de blesser trois agents à Joué-lès-Tours en décembre 2014. La police l'a abattu en pensant éviter un carnage. Quelques jours avant son attaque, il avait affiché le drapeau noir de l’État islamique sur sa page Facebook. Mais pour la Marche de la dignité, pas de doute, c'est une bavure raciste. (...) »

« Radicalement antilaique et pro-islamiste, le mouvement des Indigènes de la République est né en réaction à la loi sur les signes religieux. Il considère que la France doit « interroger ses Lumières » et lutte, selon ses mots, « contre toutes les formes de domination impériale, coloniale et sioniste qui fondent la suprématie blanche à l'échelle internationale ». Ils ont tweeté une étrange photo prise à Molenbeek le 19 mars 2016. Elle montre un jeune homme défiant d'un air menaçant un cordon de policiers … lequel tente alors de sécuriser l'arrestation de Salah Abdeslam, l'un des terroristes du 13 novembre. En dessous de la photo du jour, en soutien à ce jeune homme menaçant, le Parti des indigènes de la République a écrit : #Resistance. (…) Les « nouveaux antiracistes » sont surtout.... les nouveaux racistes.
Tenant fièrement la banderole de tête de la Marche de la dignité, le leader des Indigènes de la République, la sulfureuse Houria Bouteldja, s'est définitivement décrédibilisée en signant un livre accablant "Les Blancs, les juifs et nous". (…) On y trouve ce passage gênant où l'auteur raconte son exultation en entendant Ahmadinejad déclarer à la tribune des Nations unies : « Il n'y a pas d'homosexuels en Iran. » « Je suis pétrifiée, explique t'elle. Il y a des gens qui restent fascinés longtemps devant une œuvre d'art. Là, ça m'a fait pareil. Ahmadinejad, mon héros. »  Marianne article Le génie de la laïcité et ses mauvais génies reprend des extraits du livre de Caroline Fourest Génie de la laïcité




CONCLUSION


Les faux musulmans se réclamant de l'Islam et organisant des attentats contre des innocents ont été crées par les États Unis.
Les capitalistes utilisent le fascisme quand ils sentent leurs intérêts trop menacés. Léon Trotsky analyse cette stratégie utilisée par les capitalistes :


« Le régime fasciste, qui ne fait que reculer jusqu'à l’extrême les limites du déclin et de la réaction inhérente à tout capitalisme impérialiste, devient indispensable lorsque la dégénérescence du capitalisme anéantit les possibilités de maintenir le illusions sur l'élévation du niveau de vie du prolétariat. La dictature fasciste signifie la reconnaissance ouvertes de la tendance à l'appauvrissement que les plus riches démocraties impérialistes s'efforcent encore de cacher. » p 624 recueil d'écrits de Trotsky sur le fascisme « Contre le Fascisme » Léon Trotsky
 Un des objectifs capitalistes avec la création et le soutien de ces organisations djihadistes est de "pourrir les quartiers populaires potentiellement révolutionnaires". L'islamofascisme constitue une contre révolution organisée par les capitalistes dans les pays à fort potentiel révolutionnaire.Wilhelm Reich a analysé très finement les techniques qu'utilisaient les nazis pour attirer les masses dans Psychologie de masse du fascisme et on observe que celles ci ont de nombreux points communs avec les islamofascistes.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire