samedi 13 août 2016

Deux personnes volent, une Rectrice et un SDF. Un seul tombe en prison Lequel ?



Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF


Le 13/08/2016






Je vais vous conter deux petites histoires qui se passent à Rouen et ses environs.

Il s'agit de deux trajectoires de vie, celle de la rectrice Claudine Schmidt Lainé, et, celle d'un SDF que nous appellerons Bruno.

DEUX PERSONNES VOLENT
 15 000 EUROS ET DES YAOURTS :
UNE RECTRICE ET UN SDF.
UN SEUL TOMBE EN PRISON.
 LEQUEL ?


Ces deux personnes ont commis un vol.
La rectrice a volé 15000 euros aux contribuables français
Bruno le SDF a volé quelques yaourts dans un magasin.

La Rectrice a été mise en examen mais n'a jamais été condamnée.
Bruno, lui, a été condamné à 3 mois de prison ferme.

Mme Claudine Schmidt Lainé est docteur en mathématiques. Elle a écrit des livres publiés par l'OTAN.
C'est dire, si elle est appréciée par les plus gros capitalistes et si sa carrière de petite arriviste est prometteuse.

Le 3 janvier 2013, le Président François Hollande la nomme « Rectrice de Seine Maritime ».
Beau titre et prestige assurée.
Claudine Schmidt Lainé brille dans les médias.


Alors, elle pense que son honorifique fonction est ultra protectrice.
Et l'on va voir qu'elle ne se sent investie.... d'aucune mission éducative.

Bien sûr, quelques petits soucis entachent légèrement sa carrière de Rectrice.
Une affaire de violences à enfants et une institutrice (l'auteur) qui lui demande protection car elle est harcelée par son inspecteur qui a couvert des violences dont elle a été témoin 6 ans plus tôt...
Lire : Ma demande de protection en tant que témoin de violences à enfants m'a valu un avertissement
Mais « rien de bien méchant » pour Claudine Schmidt Lainé.
AVERTISSEMENT POUR LA VICTIME DE HARCELEMENT PROFESSIONNEL
DU BON BOULOT AU SERVICE DE HOLLANDE, PEILLON, HAMON, BELKACEM
Il lui a suffi de faire sanctionner cette institutrice  (un avertissement) par le réseau omerta 76 dont elle se plaignait pour inverser les rôles et donner l'illusion que la victime était coupable.

De toutes les façons pourquoi s’embarrasser d'une affaire qui sera étouffée dans l’œuf par les médias.
Claudine Schmidt Lainé était confiante. Rien dans cette affaire ne pouvait noircir son image.

Et elle avait raison de penser cela.
Rien dans cette histoire, ni la protection des violences à enfants, ni la sanction illégale, ni sa suspension sans motif, ni l'opération de calomnie et de discrédit organisée à l'attention des parents d'élèves, ni même l'exclusion 2 ans au RSA de Julie Amadis ne sortiront dans la presse.

Alors si une telle affaire est restée secrète, pourquoi ne pas « se faire rembourser ses courses » par le contribuable.
C'est rien.... 15€ par si, 25€ par là pour des Actimels, des pots de confitures, des tranches de jambon...
« Ça ne se voit pas » pensait-elle
Et puis, à force, Claudine Schmidt Lainé est passée au remboursement de plus grosses factures, des billets de train et d'avion (Claudine Schmidt-Lainé aurait voyagé en classe affaire entre Paris et Montréal. Soit, sur Air-France, un écart de 1 000 à 1 200 euros par trajet, 2 000 à 2 400 pour l’aller-retour (Libération)

La rectrice dormait sur ses deux oreilles quand un matin, une d'entre elles s'est soulevée. Elle apprenait qu'un enquête était menée contre elle pour détournements de fonds.
Ses petites factures qu'elle pensait anodines se sont cumulées et ont atteint la somme de 15000 €.
Jean-François Bohnert a ouvert une enquête préliminaire pour « détournement de fonds publics ». Le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen a été saisi par le parquet pour diligenter les investigations. Depuis cet été, les enquêteurs de la division financière épluchent ainsi les dépenses professionnelles de l’ex-rectrice. « Les policiers s’intéressent de près aux notes de frais, aux notes de restaurant, aux frais de représentation de Madame Schmidt-Lainé... En fait, à toutes ses factures. Certaines choses peuvent apparaître surprenantes et doivent, en tout état de cause, faire l’objet d’un examen approfondi », confie une source proche du dossier.
Le travail des policiers devrait être facilité par les investigations déjà entreprises en amont par la direction régionale des Finances publiques (DRFIP) de Haute-Normandie. C’est cette administration qui a alerté la justice. L’article 40 du Code de procédure pénale dispose que « toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».

HOLLANDE A PROTÉGÉ LA RECTRICE VOLEUSE
EN LA NOMMANT RECTRICE A GRENOBLE


Le Président Hollande et sa ministre de l'Education Belkacem étaient là pour la protéger. Hollande la nomme Rectrice à Grenoble le 9 septembre 2015.

Paris Normandie ironise sur cette nomination qui avait pour objectif de protéger la Rectrice du scandale :
"Mercredi 9 septembre, sur le rapport du Premier ministre et de la ministre de l’Éducation nationale, Claudine Schmidt-Lainé, rectrice de l’académie de Rouen, a été nommée par le président de la République rectrice de l’académie de Grenoble (Isère). Il s’agit d’une belle promotion pour cette mathématicienne de formation, âgée de 60 ans, puisque l’académie de Grenoble rayonne sur cinq départements (Ardèche, Drôme, Isère, Savoie et Haute-Savoie), compte quelque 715 000 élèves et 57 000 agents, et dispose d’un budget annuel de 2,84 milliards d’euros. C’est à peu de chose près le double de l’académie de Rouen.LES FINANCES PUBLIQUES ONT ALERTÉ LE PROCUREUR« Si l’on s’en tient stricto sensu à la lecture du compte rendu du Conseil des ministres, on peut se dire en effet que la rectrice a bien bossé en terre normande et qu’elle est ainsi récompensée, mais est-ce vraiment la réalité ?, s’interroge un membre de la communauté éducative rouennaise. On peut quand même se poser la question si ce n’est pas un moyen de l’exfiltrer gentiment pour éviter un scandale local... » La question est légitime. La réponse, hasardeuse, est balayée par le cabinet de la ministre de l’Éducation nationale : « Cette nomination s’inscrit dans un cadre normal. » Pourtant, début août, le rectorat de Rouen confiait à notre journal que son départ de la capitale normande n’était « pas d’actualité ». Un mois après, cela le devenait..." Paris Normandie

LES "MAUVAISES LANGUES" VONT DIRE QUE LA PROMOTION SERVAIT A EXFILTRER LA VOLEUSES HORS DE NORMANDIE


Mais l'accalmie était de courte durée. Le scandale arriva dans la presse juste après sa nomination.

Le 15 septembre 2015 Paris Normandie titrait :

La justice enquête sur l’ex-rectrice de l’académie de Rouen, soupçonnée de malversations


Cela n'a pas empêché la ministre de laisser la rectrice à son poste de rectrice de Grenoble...

Mais en Juin 2016, l'enquête a, semble-t-il, un peu avancé malgré les pressions hollandistes ... et le scandale refait surface.
Paris Normandie titre :

Billet d’avion, tranches de jambon, Actimel... L’ex-rectrice de l’Académie de Rouen auditionnée par la PJ sur d’éventuelles malversations


Les médias nationaux n'ont, cette fois, pas repris l'information, certainement trop dangereuse pour le pouvoir en place.

BRUNO SDF VOLE DES YAOURTS


Dans le même temps, une autre histoire se passe dans cette même aire géographique.

Bruno (prénom fictif) est devenu SDF. Son RSA ne lui suffisait pas pour vivre et le nombre de mois de loyers impayés s'accumulait. Il a fini par être expulsé.
Ça s'est passé un peu comme avec Sylvain Schiltz, le SDF mort de froid en 2005 (ci-dessous la chanson que j'ai écrite retraçant son histoire)



Les malheurs ça arrive à une vitesse quand on est pauvre ! On a pas le temps d'essayer de régler un premier problème, qu'un autre, plus grave encore, arrive sans que l'on aie le temps de s'en rendre vraiment compte.

La première nuit dehors, Bruno a le temps de se rendre compte de sa situation.
Avec le froid et la peur , on a l'impression que la nuit dure une semaine entière.
Et puis, une fois qu'on trouve un abri suffisamment caché pour avoir l'illusion d'être un peu en sécurité, la faim vous taraude l'estomac.
Et quand, en plus, on a plus un sou en poche parce que la manche n'a pas été généreuse. On est dans la merde et on a pas cent milles solutions. On se laisse mourir de faim en attendant d'avoir un rendez-vous avec une assistante sociale qui, peut être, trouvera le moyen dans une semaine ou un mois de « débloquer 50 ou 100 € » ou on vole.

IL A VOLE DES YAOURTS !
PAS 15 000 EUROS!


Bruno avait trop faim. Il a volé des yaourts dans la première boutique qu'il a trouvé. Et  il s'est fait prendre...
Et le voilà maintenant au tribunal pour un paquet de yaourts.

Même la procureur explique à la barre que ce monsieur avait faim et que c'est pour cette raison qu'il a volé les yaourts :
 « Il n’y a pas de difficulté concernant la qualification de l’infraction. La difficulté concerne surtout la situation de monsieur. Il a consommé ces yaourts parce qu’il avait faim, tout simplement. Il faut prendre en compte cette situation et ne pas trop en rajouter. Il se trouvait dans une grande difficulté », explique la procureure. Paris Normandie
Dans un sens le tribunal, ce n'est pas pire qu'une nuit dehors.
Et puis, pense Bruno « au moins je dormirai au chaud, je mangerai et je pourrai me doucher. Ce sera sale - il paraît que dans les prisons il y a des rats et des moisissures sur les murs - mais ça, ça ne fait peur qu'à ceux qui n'ont jamais connu la rue.
La rue, c'est la pire des prisons.

Bruno a été condamné à 3 mois de prison ferme pour des yaourts volés.

La rectrice aurait dû être condamnée à 10 ans d'emprisonnement.
Le « détournement de fonds publics » est puni de dix ans d’emprisonnement et d’une amende d’un million d’eurosParis Normandie


SCHMIDT LAINE GAGNE 10 000 EUROS PAR MOIS
ELLE M'A CONDAMNE A VIVRE AVEC 500 EUROS DEPUIS 2 ANS


L'affaire n'est même pas passée en justice. La Rectrice est maintenant Rectrice de Grenoble. Elle gagne 10 000 euros par mois.

C'était deux petites histoires dans notre chère République Française que défendent ardemment ceux qui m'ont révoquée de l’Éducation Nationale pour « atteinte à la République ».

Deux petites histoires qui choqueront les enfants du futures, les enfants d'après la Révolution, je l'espère...

_________________________________________________________________________






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire