samedi 23 mai 2015

Enrober avec du "papier cadeau pédagogies innovantes" le véritable projet du gouvernement : transformer les collèges en entreprises sous dictature

Enrober avec du papier cadeau pédagogique
le véritable projet du gouvernement transformer
les collèges en dictature

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 22/05/2015
Les véritables pédagogies innovantes sont dans des tiroirs. L'Education Nationale n'en veut pas.
J'ai vu un  pédagogue véritable - ancien instituteur pendant 17 ans - et réprimé, apprendre les racines les puissances et les logarithmes à une petite fille de 5 ans, un autre de 6 ans. J'ai vu des enfants de 7 à 10 ans comprendre les dérivées et les intégrales avec une méthode révolutionnaire inventée par ce même pédagogue.
Combien sont-ils, ces pédagogues,  réalisateurs de véritables découvertes pédagogiques - comme Yanick Toutain - à avoir vu leurs projets enterrés par l’Éducation Nationale  ?

Les petits cubes de la réforme des mathématiques de 1972 me permirent de construire la méthode Bizouk de 1975 à 1987


LE PROJET BIZOUK APPRENDRA AUX ENFANTS A PROGRAMMER.... des jeux vidéos.... 21 ANS PLUS TARD !!! (1987-2008)


La ministre Belkacem et les pseudos pédagogues qui la défendent veulent maintenant nous faire croire qu'ils sont devenus  les défenseurs de la "pédagogie innovante" parce qu'ils mettent sur le devant de la scène ce qu'ils appellent "interdisciplinarité".
De qui se moque t-on ?






Il fallait bien enrober leur réforme avec du beau "papier cadeau pédagogies innovantes" pour faire avaler la pilule de la dictature du chef d' établissement !

LE VRAI PROJET EST CAMOUFLE EN FIN DE TEXTE


Le paragraphe de la réforme du collège 2016 qui évoque la transformation des chefs d'établissement en chefs autoritaires se situe vers la fin de la  présentation de la réforme, bien après tout un fatras pseudo pédagogique avec des exemples de projets de classes.
S'APPUYER " sur des coordonnateurs de discipline,
de cycle et de niveau ainsi que des référents
"
L'objectif est de nous faire oublier que le point fort de la réforme est la toute puissance donnée au chef d'établissement. Les professeurs n'étaient pas dupes quand ils ont manifesté en masse il y a quatre jours. 
"Le chef d’établissement pourra s’appuyer davantage sur des coordonnateurs de discipline, de cycle et de niveau ainsi que des référents, dans la mesure où les missions de ceux-ci sont désormais reconnues grâce à des indemnités pour missions particulières.
Ces fayots seront sélectionnés par l'appât du gain.
Ces indemnités de mission particulière peuvent aller jusqu’à 3 750 euros par an.

UN CONSEIL PRÉTENDUMENT "PÉDAGOGIQUE" DONT LES MEMBRES SONT CHOISIS ARBITRAIREMENT PAR LE PRINCIPAL

Les nouvelles modalités de constitution du conseil pédagogique, dont les membres sont désormais désignés par le chef d’établissement sur proposition des équipes pédagogiques, favorisent l’exercice de ses compétences : concertation, réflexion et animation pédagogiques.(Education.gouv)"
 Le collège 2016 va devenir une entreprise au management stressant. Avec des fayots à la botte des principaux.

PHILIPPE MEIRIEU SOUTIENT NAJAT VALLAUD BELKACEM
... QUI TAPE SES ENFANTS
.... QUI RÉPRIME LES ANTI-VIOLENCES A ENFANTS


Mais certains "pédagogues" comme Philippe Meirieu affirment leur soutien à la ministre.
Mais, en réalité, ils refusent hypocritement de voir l'aspect "esbrouffe" de  la réforme.
Philippe Meirieu que j'admirais tant il y a dix ans....
Philippe Meirieu qui fut l'un de ceux dont les écrits me motivèrent à devenir professeur.


Philippe Meirieu ?
Quand je fus suspendue puis exclue, il me soutint en privé.
Il me soutint..... contre les profs agresseurs et contre ma suspension (devenue exclusion pour 2 ans) par Benoit Hamon puis Najat Vallaud Belkacem..... puis....Philippe Meirieu m'annonça qu'il ne rencontrait aucun soutien......de Pierre Frakoviack et donc.....ne fit plus rien...
Philippe Meirieu.... un "progressiste" qui laisse les enfants du Havre prendre des claques, des fessées et des coups de pied aux fesses et qui va ensuite se pavaner dans les médias... progressistes....
L'interdisciplinarité et la proposition de projets motivants pour les enfants amènent les "pédagogues non révolutionnaires" à  défendre la réforme du collège 2016.
Les "idéaux républicains" auxquels se réfère Philippe Meirieu, c'est soutenir une ministre qui tape des enfants de 5 ans, qui réprime les témoins de violences à enfants au nom de l’hétérogénéité......
Les enfants seront contents d'apprendre qu'ils seront giflés en classe dans des classes hétérogènes.
Philippe Meirieu milite pour que l'agresseur de l'école Valmy qui tape ses élèves depuis 1993 aient aussi dans sa classe des élèves du même milieu social que Edouard Philippe et Antoine Rufenacht.

PHILIPPE MEIRIEU SE MENT ET MENT AU PUBLIC

Il ne m'a apporté aucun soutien dans ma pratique de l'entraide entre élèves, dans l'entraide entre élèves domiciliés et élèves sans domiciles, entre les élèves nés au Havre et le petit Antonio SDF roumain qui apprenait à lire le jour en dormant sur les trottoirs du Havre la nuit.
Philippe Meirieu ne m'a apporté aucun soutien pour ma pratique de l'entraide à l'école Valmy qui choquait tellement mes collègues racistes. Plusieurs disaient "Je n'en veux pas" à propos de ces enfants. Et l'un, à la rentrée 2013, proposa carrément un sitting de tous les profs pour refuser "les Roms".
Le même avait argumenter qu'il serait facile d'expliquer aux autres parents que ces enfants empêcheraient les leurs d'apprendre à lire......
Philippe Meirieu ne m'apporta aucun soutien contre ces collègues racistes et choqués par mes pratiques d'entraide  : mes élèves de CE1 et de CE2 apprenaient à lire à des enfants roumains (mes collègues les appelaient "roms") qui ne savaient pas parler français....
Mes élèves de CE1 - les plus jeunes - aidaient même (volontairement, à leur propre initiative) leurs collègues roumains sur le temps de la récréation...
Ils leur apprenaient des mots en français, leur confectionnaient des affiches, leur inventaient des jeux de mathématiques.
Philippe Meirieu parle de classes hétérogènes.... mais garde le silence sur les profs racistes et pro-violences .... jeunes racistes et vieux racistes........

Pire encore, ces mêmes "pédagogues" se mentent sur le point le plus important de la réforme : le pouvoir accru donné au chef d'établissement. 

mercredi 20 mai 2015


Réforme du collège 2016 Hollande-Valls-Vallaud-Belkacem : Coup d'État de la bourgeoisie dans les collèges

UNE REFORME QUI FAVORISE LA RÉPRESSION
DES PROFS DÉFENSEURS DES ENFANTS


C'est pourtant les profs qui ressemblent à Freinet, Oury ou Montessori de par leur militantisme en faveur des élèves qui seront en première ligne sous les coups de la répression de chefs d’établissements autoritaires.

Mon expérience de 8 ans au sein de l’Éducation Nationale sous divers statuts m'a montrée que les chefs d'établissement détestent ce qui risque de faire des vagues... les scandales...

REPRESSION DES TEMOINS

Ils étouffent toutes les affaires de violences à enfants.... en réprimant les témoins.
De la même manière, les expériences pédagogiques ne sont pas toujours les bienvenues...
Il faut rester dans un cadre qui ne risque pas de heurter des parents "réactionnaires".

Freinet au 21°siècle, dans un collège à la rentrée  2016 aurait très rapidement des ennuis.... Puis il serait suspendu pour un motif subtil créé de toute pièce puis exclu.


CELESTIN FREINET AURAIT ETE EXCLU PAR VALLAUD-BELKACEM


L'absence de solidarité enseignante débouchant de cette réforme aurait amené Freinet à se retrouver bien seul... face à l'administration.

Car Freinet était un révolutionnaire.
Célestin Freinet
Il avait conscience de créer une nouvelle société en modifiant la pédagogie. Il ne cherchait pas, comme le font tous les enseignants qui appartiennent à la strate des Répétants, à adapter l'enfant à la société du moment.
Marcel Gouzil  rappelle que, se réclamer de Freinet, c'est combattre un système inégale et archaïque :
"La pédagogie Freinet ne s'adapte pas. Elle est l'expression concrète d'un acte de foi en la libération de l'enfant "Voir dans l'enfant, l'homme de demain" dit Freinet.

Elle veut des hommes debout et non agenouillés et c'est par l'ouverture sur la vie, la connaissance du milieu, le contact avec ses semblables que l'enfant deviendra l'homme capable de prendre son destin en mains.

Celui qui ne réalise pas la mission que nous a fixée la pédagogie Freinet n'a rien de commun avec nous. Son enseignement, honnête certes, aura de très lointaines ressemblances avec ce que nous recherchons et ne modifiera en rien la structure politique et sociale de notre pays."
(La Pédagogie Freinet et son contenu social et politique par Marcel Gouzil bulletin des Amis de Freinet n°13 p 40 et 41)

OBJECTIF : CASSER LA SOLIDARITÉ

Le collège "Ambition Réussite" de 2006, en supprimant la concertation avec les profs dans les prises de décisions, avait cassé la solidarité entre les professeurs.

Le comité exécutif, en n'incluant que les professeurs référents parmi la totalité des professeurs de collège, créait deux clans. Le clan de ceux qui décident et celui qui obéissent (tous les autres professeurs).

Au début de la mise en œuvre de la réforme 2006, il y avait unanimité des enseignants contre le statut "privilégié" des professeurs référents. Une certaine cohésion de groupe et de solidarité anti réforme 2006 existait.

DIVISER POUR REGNER.... SUR LA "PEDAGOGIE"

Mais peu à peu, la Principale a intégré certains enseignants dans les projets qu'elle avait choisis.
Par exemple, les professeurs qui ne se rebellaient pas contre la mise en place des heures supplémentaires (on était sous l'ère du "travailler plus pour gagner plus") étaient exclus par la Principale Carole Hervieu des prises de décisions. La chef d'établissement ne manquait pas de vanter les mérites de ses chouchous auprès de l'Inspecteur.
La zizanie entre les professeurs
espérée par Najat Vallaud-Belkacem
"Diviser pour mieux régner"telle est
la doctrine du gouvernement pour les
collèges.
C'est à ce moment là que la zizanie a commencé.

Deux clans s'étaient formés. Ceux qui décidaient des projets avec Carole Hervieu, la Chef d'établissement et les autres.

Les profs participants aux projets de la principale étaient les deux professeurs référents et les quelques profs fayots.

Les profs syndiqués, la principale Carole Hervieu ne les aimait pas. Elle les excluait de tous les grands projets du collège.

 Les seuls projets mis en valeur dans le collège et médiatisés par la Presse locale étaient ceux de la Principale.

Ce système d'exclusion des professeurs contestataires et d'intégration des profs fayots aux décisions d'un établissement sème la zizanie entre les professeurs et casse la solidarité.


Diviser pour mieux régner, telle a toujours été la doctrine de la bourgeoisie. Le gouvernement Hollande répond aux désirs les plus secrets de la bourgeoisie avec la "Réforme du collège 2016". Créer la zizanie en salle des professeurs pour donner le pouvoir au chef d'établissement qui répondront comme des petits soldats aux injonctions de l’État.

Les professeurs interviewés par Libération l'ont bien compris :

"tout va dépendre du chef d'établissement parce que au final c'est lui qui préside le conseil pédagogique" dit l'un
"ça lui (le chef d'établissement) donne un pouvoir de division de l'équipe énorme" dit l'autre  (source : La salle des profs est vraiment divisée, Libération)
Car comme le dit Libération, 20 % du temps des enseignants sera décidé par le chef d'établissement.
"20 % de temps sera laissé au libre choix du conseil pédagogique de chaque collège, qui optera pour tel ou tel projet d'interdisciplinarité, dédoubler telle ou telle classe, proposer ou non un enseignement de complément au latin"
(source : La salle des profs est vraiment divisée, Libération)

Le Conseil Pédagogique est à peu de chose prêt l'équivalent du "Comité exécutif" des collèges Ambition Réussite. Ce sont les chefs d'établissements qui, en réalité, ont les pleins pouvoirs.
Les profs, les élèves et les parents en sont exclus.

PROFS CHOUCHOUS FAYOTS

Et comme pour les collèges ambition réussite, il y aura les profs chouchous qui seront les "référents" et participeront aux décisions du Conseil pédagogique que les profs contestataires devront subir.
"Le chef d’établissement en est le président, ou son adjoint en cas d’absence.
Le conseil pédagogique réunit :
• au moins un professeur principal de chaque niveau d’enseignement ;
• au moins un professeur par champ disciplinaire ;
• un conseiller principal d’éducation et, le cas échéant, le chef de travaux.
« Le nombre des professeurs s’ajoutant à ceux prévus par cette disposition est arrêté par le conseil d’administration. Le chef d’établissement désigne, en début d’année scolaire, les membres du conseil pédagogique et les suppléants éventuels parmi les personnels volontaires, après consultation des équipes pédagogiques intéressées. Il en informe le conseil d’administration lors de la réunion qui suit cette désignation. »
(...)

Le chef d’établissement désigne les membres du conseil pédagogique ainsi que leurs suppléants éventuels. Les équipes pédagogiques mentionnées à l’article R. 421-49 ont quinze jours après la rentrée scolaire pour proposer, parmi les personnels volontaires, les enseignants susceptibles d’être désignés à ce titre. A défaut de proposition dans ce délai, le chef d’établissement choisit les membres du conseil pédagogique parmi les enseignants de l’établissement. « Le chef d’établissement informe de cette désignation le conseil d’administration lors de la réunion qui suit. Il porte la composition du conseil pédagogique à la connaissance de la communauté éducative par voie d’affichage. « Lors de sa première réunion, le conseil pédagogique établit son règlement intérieur."(Article L.421.5 et articles R.421-41.1 à .6) (source SNES)

PAS UN MONDE DE GENTILS

 Jacques Risso et Jean François Chazerans, tout deux contestataires, écrivains, pédagogues innovants ont été suspendus de leur fonction l'an dernier pour le premier, cette année pour le second.
Le nombre de ce type de professeurs suspendus augmentera.
Le harcèlement et la répression dont ils seront victimes augmenteront avec la mise en application de la réforme du collège.

Cette réforme n'est pas celle des enseignant innovants, des défenseurs des "élèves" qui vont très vites être mis sur la touche.
Ils ne pourront s’empêcher de témoigner et de se rebeller contre les injustices.
Le monde de l’Éducation Nationale n'est pas un monde de gentils...
J'en ai fait l'expérience. J'ai dénoncé à plusieurs reprises des violences sur des enfants. J'ai été exclue de l'Education Nationale pour ces raisons.  voir 141° jour d'exclusion d'une prof des écoles qui a dénoncé des violences à enfants commises par ses collègues

On y voit de nombreux dysfonctionnements et des violences physiques et morales sur des enfants...
Et quand on ne supporte pas la violence contre les enfants... On ne se tait pas et on est très durement réprimés.

Que vont devenir les enseignants "pédagogues" qui témoignent de violences à enfants exercés par des collègues ? Si je m'en tiens au fonctionnement des collèges Ambition Réussite très proche de ce que propose la réforme du collège 2016, on peut pronostiquer que ces enseignants là subiront la même chose que ce que j'ai subi. Après un harcèlement professionnel, la recherche de fausses fautes professionnels, ils seront probablement virés. Cette réforme n'est donc ni la réforme des enseignants défenseurs des enfants, ni celle des élèves. Car leur sécurité passe avant tout par la possibilité que les témoins soient écoutés.

Plus l'institution développe un système favorisant le fayotage et la hiérarchisation des rapports humains et plus nous, défenseurs des enfants, sommes exposés à la répression.


Voir aussi :

mercredi 20 mai 2015


Réforme du collège 2016 Hollande-Valls-Vallaud-Belkacem : Coup d'État de la bourgeoisie dans les collèges

samedi 16 mai 2015


141° jour d'exclusion d'une prof des écoles qui a dénoncé des violences à enfants commises par ses collègues

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire