articles

ARTICLES

samedi 30 janvier 2016

Pendant que les SDF meurent dans les rues de Paris, les cadres de l'habitat social se goinfrent




Les morts de la rue (collectif morts de la rue)

Par Julie Amadis
Le 30/01/2016


Il fait froid.
Des hommes des femmes des enfants meurent à Paris et en France parce qu'ils dorment dehors.
Déjà 28 décès en l'espace de 30 jours, en 2016.
Ils étaient 456 à mourir en France en 2015
(source collectif morts de la rue)
Ils sont 31000 enfants à dormir dehors en France.

Lire :

15 enfants-SDF sont morts en 2013. 31000 enfants dorment dehors en France dans l'indifférence générale.

Ils sont 28800 SDFs dans l'agglomération Parisienne
Leur nombre a explosé de 2001 à 2012.


EXPLOSION DU NOMBRE DE SDF A PARIS : HAUSSE DE 84 % EN 10 ANS

Le nombre de SDF a explosé en 10 ans. Il a augmenté de 50 % en France.

"D'après le rapport de la Fondation Abbé-Pierre, le nombre de SDF a augmenté de 50% en dix ans"

Mais à Paris, leur nombre a augmenté de 84 % en 10 ans.
"En 12 ans, entre 2001 et 2012, le nombre de sans-abris a augmenté de 84% dans la capitale selon une étude de l’INSEE présentée mardi." France Bleu

21500 DEMANDES D'HÉBERGEMENTS REFUSÉES EN 1 AN EN ÎLE DE FRANCE

215000 demandes d'hébergements d'urgence ont été refusées en Île-de-France en une année, de l'hiver 2013 à l'hiver 2014.
"De même 355.000 demandes d'hébergement pour SDF ont été formulées durant l'hiver 2013-2014 selon le baromètre du 115, mais seulement 140.000 places ont été attribuées. Et les familles sans domicile, en priorité hébergées à l'hôtel, notamment en Ile-de-France, se retrouvent aussi à la rue, car le dispositif, qui coûte très cher, arrive à saturation." France3
Empêcher des humains de mourir de froid "coûte très cher" ose dire le journaliste de France 3

Pourtant cette même mairie de Paris dont la maire Anne Hidalgo est la chouchoute des médias, a de l'argent pour payer très grassement les exécutants de sa politique sociale inhumaine.

Le Parisien révèle aujourd'hui que Paris Habitat, chargé de loger les pauvres de Paris, versent de gros et de très très gros salaires.
"A regarder de près ses chiffres et bilans, on est loin de la disette budgétaire. Ses quelque 3 000 salariés ? Rémunérations élevées, congés payés, RTT (prises ou payées à prix d'or)... cet office public HLM, qui a le statut d'Epic*, rivalise d'imagination pour être toujours plus attractif. Dernier exemple : en 2015, chaque salarié a touché une prime de 200 € pour le féliciter de la certification ISO de Paris Habitat.

Plus on escalade l'échelle salariale, plus les chiffres s'affolent. Ici, un salaire de directeur avoisine 7 000 €, un DG adjoint émarge aux alentours de 9 000 € net, voire plus. Quant au directeur général, Stéphane Dambrine, dont le salaire atteint des niveaux quasi inconnus dans le public, il bénéficie aussi d'un discret parachute doré — 500 000 € — en cas de licenciement. Cette disposition de son contrat de travail avait ému les administrateurs de la maison lors de son arrivée en 2011." Le Parisien


Des salaires de 7000 euros , 9000 euros pour les cadres .... Stéphane Dambrine dont le Parisien n'ose pas nous dire le montant du salaire mais qu'il qualifie de "niveau inconnu dans le public" peut même partir avec un parachute doré de 500000 Euros !

Pendant que la ville de Paris organise la mise à mort des gens dans la rue - 84 % de SDF en plus en 10 ans - augmente de 20 % le salaire de ceux qui ont la responsabilité de loger les pauvres et qui refusent leur demande.

Des salaires au beau fixe. Chez le premier bailleur social de France, non seulement les salaires moyens sont élevés (un gardien gagne environ 2 300 € brut par mois ; le reste du personnel émarge en moyenne à 3 170 €), mais ils croissent vite : de 2008 à 2014, les effectifs ont progressé de 3 %, les rémunérations, elles, ont bondi de 20 %. (Le Parisien)


Mais Anne Hidalgo, maire de Paris, au Parti Socialiste, chouchoute des médias, laisse volontairement mourir ces hommes, ces femmes, ces enfants, dans la rue.
L'argent est là... pour ceux qui appliquent une politique inhumaine... mais pas pour les SDFs, pas pour les mal-logés...
 Le journaliste de France Bleu constate que quand les SDF demandent un logement social, on le leur refuse.
"Malheureusement, à Paris, les demandent aboutissent rarement  : seul un SDF sur dix a eu une proposition de logement." France Bleu
Quand j'étais en formation pour devenir institutrice (IUFM), je n'aurai jamais imaginer enseigner à des enfants SDF. Antonio dormait dehors la nuit et apprenait à lire la journée. Aucun centre d'hébergement ne voulait héberger la famille... Aucun média ne voulait parler de ce scandale. Il a fallu que je paie des nuits d’hôtels avant que la famille ne trouve une maison abandonnée puis ne soit hébergée par l'armée du salut (1 an plus tard).
En juillet 2015, c’était au tour de mon ancienne élève Nelly et sa sœur Ramona d'être exclues de leur squat et de se retrouver à la rue... Encore une fois la presse a fait l'omerta...



La capitalisme est à un stade de putréfaction avancée.
Selon l'Observatoire des Inégalités :
"Moins de 10 % de la population mondiale détient 83 % du patrimoine mondial" "Les 1 % les plus fortunés contrôleraient pas moins de 46 % du patrimoine mondial total."

Certains dorment dans des logements tellement vastes qu'ils pourraient accueillir tous les SDFs. D'autres ne trouvent même pas de coin abrité pour dormir à l'abri des intempéries. C'est la France sous la dictature Hollandiste en 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire