articles

ARTICLES

mardi 10 mai 2016

Esclavage : pas d'abolition pour Bolloré

Par Julie Amadis
#IpEaVaFaFaF
Le 10/05/16






L'esclavage a été aboli en France le 4 février 1794 par Robespierre et les révolutionnaires puis rétabli par Napoléon Bonaparte le 20 mai 1802 et aboli une seconde fois définitivement cette fois le 27 avril 1848.




LA COMMÉMORATION DE L'ESCLAVAGE : L'ARBRE QUI CACHE LA FORET DES SALAIRES DE 50 EUROS VERSES PAR BOLLORÉ


Aujourd'hui, partout en France, on commémore l'abolition de l'esclavage.
Pourtant l'esclavage n'a jamais été aboli un 10 mai !
L'esclavage a été aboli en France le 4 février 1794 par Robespierre et les révolutionnaires puis rétabli par Napoléon Bonaparte le 20 mai 1802 et aboli une seconde fois définitivement cette fois le 27 avril 1848.
Alors que vient faire la date 10 mai ?
Le 10 mai correspond au jour de promulgation de la loi Taubira "reconnaissant la traite négrière" du 10 mai 2001 sous Jacques Chirac.
"Le président de la République française français, Jacques Chirac, avait décidé de faire du 10 mai la Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage en métropole : l'occasion pour la France métropolitaine d'honorer le souvenir des esclaves et de commémorer l'abolition de l'esclavage.Au-delà de l'abolition, la journée devrait engager une réflexion générale sur l'ensemble de la mémoire de l'esclavage, longtemps refoulée, pour la faire entrer dans notre histoire. L'occasion aussi de s'interroger sur la façon dont la mémoire de l'esclavage peut trouver sa juste place dans les programmes de l'école primaire, du collège et du lycée. La volonté également de développer la connaissance scientifique de cette tragédie. Enrichir notre savoir, c'est le moyen d'établir la vérité et de sortir de polémiques inutiles. La date du 10 mai correspond à l'adoption par le Parlement, le 10 mai 2001, de la loi Taubira "reconnaissant la traite négrière ." Journées mondiales.com

CHIRAC LE GRAND ORGANISATEUR DE L'ESCLAVAGE BOLLORÉ UTILISE L'HISTOIRE POUR CACHER SES CRIMES

Chirac commémore l'esclavage, fait pleurer dans les chaumières les Français pendant qu'il organise un nouveau type d'esclavage, l'esclavage des gens que ses amis les patrons comme Vincent Bolloré paient des salaires à 1,50 euros la journée !!!!!

La financement des partis politiques français sur l'argent détourné en Afrique est une tradition française. De même les "cadeaux" réciproques que s'offrent dictateurs africains et présidents français sont une habitude. Jacques Chirac dans la droite ligne de ses prédécesseurs a perpétué les mêmes méthodes de gangsters politiques.
"...Jean-François Probst, ancien collaborateur de Jacques Chirac, affirme lundi dans un entretien au Parisien à propos des accusations de financement occulte africain sous la présidence Chirac que "rien ne s'est arrêté avec Sarkozy", accusant ce dernier d'avoir reçu "1 milliard de francs CFA" d'Omar Bongo." L'Humanité
Ce que décrit l'Humanité pour Omar Bongo est valable pour la totalité des dictateurs Franceàfric

TAUBIRA ESCLAVAGISTE GPA

Christiane Taubira, à l'origine de cette commémoration de l'esclavage, est aussi celle qui a écrit une circulaire pour favoriser la GPA, autrement dit une circulaire qui va permettre à des occidentaux d'acheter des femmes pauvres du tiers monde pour qu'elle porte un enfant pour eux !
"Une circulaire du Ministère de la Justice datée du 25 janvier 2013, dite « circulaire Taubira », a demandé la délivrance d'un certificat de nationalité française pour les enfants nés par gestation pour autrui à l'étranger36." Wikipédia
Yanick Toutain résume cette circulaire avec le point de vue de défenseur des Africains et des plus pauvres :
"Le nouveau Code Noir de Christiane Taubira est simple à résumer : le ventre des femmes de Terre du Sud en esclavage et leurs enfants dénationalisés automatiquement par l'acheteur (YT)" (Revactu)

  ÉLECTIONS BIDONS, COUP D'ÉTAT, GUERRES CIVILES :
LES MÉTHODES DE LA FRANCEAFRIC POUR MUSELER LES AFRICAINS ET PERPÉTUER L'ESCLAVAGE 

En échange du muselage des opposants politiques et de la population africaines, les dictateurs africains sont assurés de leur réélection et de vivre dans le luxe.
Ouattara, Biya, Gnassingbé, Denis Sassou Nguesso, Ali Bongo, Idriss Déby sont de bons dictateurs. Ils plaisent beaucoup aux patrons Français et donc aux président français successifs. La loyauté de ces présidents africains à longue longévité est récompensée par les gouvernants français, leurs forces armées et celles de leurs alliés politiques (ONUCI, troupes de l'ONU en Côte d'Ivoire, EUFOR troupes de l'Europe au Tchad et ailleurs en Afrique ...). 

MAGIQUE ! C'EST l'OPERATION FRANCEàFRIC ELECTORALE

En plus des multiples cadeaux qu'ils reçoivent, leur réélection est assurée. Ça n'arrive nulle part sauf en Afrique. Les Présidents africains ne font rien pour leur population, ni infrastructure, ni soin, ni sécurité, ni distribution de nourriture mais ces dictateurs qui vivent dans l’opulence sont réélus. 
C'est magique ! C'est l'opération Franceàfric !

LES SALAIRES BOLLORÉ 
GRÂCE AU CLIMAT DE TERREUR SOCIALE

Mais les plus gros gagnants dans cette affaire sont certainement les patrons comme Bolloré qui peuvent dans un tel climat de terreur sociale pratiquer des tarifs salariales esclavagistes.

Bolloré est comme un poisson dans l'eau au milieu de cette masse de dictateurs africains. Il est accueilli comme un pacha alors qu'il exploite sans merci les ressources naturelles des pays et fait travailler les populations dans des conditions dignes des esclaves du 18ème siècle dans le Sud des Etats-Unis.

Le documentaire de Compléments d'Enquete "Bolloré : un ami qui vous veut du bien  nous montre  Bolloré en train d'organiser la mise au pouvoir de présidents qui vont lui permettre d'accroître ses bénéfices. 

On voit notamment comment il organise la campagne électoral d'Alpha Condé, le dictateur de Guinée."
"Le 26 septembre dernier, Vivendi (dont le conseil de surveillance est présidé par Vincent
Bolloré) organise, à ses frais, un concert géant gratuit à Conakry, en Guinée. Qui surgit, pendant le concert, accueilli en héros ? Le président, Alpha Condé, en pleine campagne électorale pour sa réélection. Le voilà qui monte sur scène et s'offre une ovation géante aux frais de son ami "Vincent". "Ce n'était pas prévu mais… Je suis chez lui, il faut être poli", bredouille l'émissaire de Bolloré sur place. "Merci à Alpha Condé d'avoir organisé ce spectacle, on n'a pas l'habitude des concerts gratuits",s'enthousiasme un spectateur, lui attribuant faussement la paternité de celui-ci.
Divertir le peuple pour aider à la réélection d'Alpha Condé et s'assurer ainsi de son soutien pour faire prospérer le business portuaire de son groupe à Conakry, voilà un exemple concret de la manière dont Vincent Bolloré fait fructifier le mariage entre ses différents intérêts. La fois précédente, c'est Havas - dont Bolloré est également actionnaire -qui était mise à contribution pour gérer la campagne d'Alpha Condé. Le journaliste Jean Bothorel était même réquisitionné ("Vincent m'a demandé…") pour écrire un livre d'entretiens avec le candidat." (CameroonVoice)"

80 % DES PROFITS DE BOLLORÉ

 SE FONT EN AFRIQUE :

 AVEC DES SALAIRES A 50 EUROS PAR MOIS
ON PEUT FAIRE BEAUCOUP DE PROFITS !


Le documentaire de compléments d'enquete "Bolloré : un ami qui vous veut du bien  cite le rapport EXANE

(Agence Ecofin) - Selon une étude du courtier Exane publiée, le 28 février, les activités africaines du groupe Bolloré n'ont représenté en 2011 que l quart des ventes du groupe mais presque 80 % de ses profits.
Cette même étude intitulée « African Express » souligne que Bolloré Africa Logistics a dégagé un chiffre d'affaires : 2,5 milliards d'euros. La société présente dans 45 pays en Afrique investit 250 millions d'euros par an en moyenne.
On voit clairement dans la vidéo que 80 % des profits de Bolloré se font en Afrique grâce à la mise en esclavage des Africains payés 1,50 euro la journée, travaillant dans des conditions mettant en péril leur vie  tous les jours. Dans les plantations d'huile de palme, les travailleurs chaussés de tongs et munis de gants troués doivent faire tomber des noix de palme extrêmement lourdes qu'ils risquent à tout moment de se prendre sur la tête. Leurs doigts sont enflés et infectés par les piqûres des noix de palme....

1,50 euros la journée, c'est sans aucune assurance santé !

Mateck Bernard Sylvain témoigne de la situation d'un de ses esclaves de Bolloré commé Hamidou Garga le 4 mai 2016 : (copié collé du texte originel sur Facebook)


Mateck Bernard Sylvain 4 mai ·voila un exemple :il s,appel hamidou garga,manutentionaire chez bolloré depuis
1977jusqu,a nos jours a la gare marchandise de ngaoundéré au cameroun, salaire 1, 50euro apres avoir decharger à la main un wagon de 50 tonnes de marchandises soit 1000 sacs de 50 kg ,jamais de congé ,jamais d,assurance retraite,ni d,assurance maladie,jamais des primes de travail,zero avantage depuis 39 ans ,d,apres vous on appel s,a comment??https://www.facebook.com/photo.php?fbid=831861713612630&set=p.831861713612630&type=3&theater
Ils sont des milliers comme Hamidou Garga à survivre avec des salaires de 1,50 euros la journée ! Au Cameroun, Bolloré détient près de 400 km² de plantation de palmiers à huile.
""Il contrôle par ailleurs d’immenses plantations, soit directement, via Safacam qui exploite 8 400 hectares de palmiers à huile et d’hévéas, soit indirectement, via la société belge Socfinal qui gère 31 000 hectares de palmiers à huile dans le pays (4)." Le Monde Diplomatique
Vincent Bolloré s'est implanté dans la quasi totalité des pays africains, il détient la quasi totalité des infrastructures de transport ainsi que les marchés de matières premières.
"Fort bien implanté dans ce secteur, le groupe Bolloré affiche régulièrement des résultats records. « En Afrique de l’Ouest, nos parts de marché sur les matières premières sont de l’ordre de 50 à 70 % suivant que l’on parle du cacao ou du coton, nous explique, réjoui, M. Dominique Lafont, directeur général « Afrique » du groupe. En Afrique de l’Est, elles sont plutôt de 15 à 30 %. Mais, partout, nous sommes le premier opérateur. » Le conglomérat multiplie aussi les contrats dans le domaine de la logistique pétrolière, minière ou industrielle : avec Total en Angola, au Cameroun ou au Congo ; avec Areva pour l’uranium du Niger ; pour des mines d’or au Burkina Faso ou une centrale électrique au Ghana, etc."(Le Monde Diplomatique

UNE RÉPRESSION IMPITOYABLE

 Pour que Bolloré puisse continuer à payer si peu ses salariés africains, il faut un système répressif efficace. Quoi de mieux que des bons dictateurs interdisant toute liberté d'expression et tuant toute personne s'opposant un temps soit peu à leur politique !
Il faut, bien sur, ajouter à cela des troupes d'occupation chargées d’empêcher tout début de révolte. L'armée française y veille bien.
Tout cet arsenal permet à Vincent Bolloré de dormir tranquillement. Les esclaves de ses palmeraies ne vont pas se révolter et la presse ne parlera pas des conditions inhumaines de travail et de vie de ses salariés.
Quelques exemples comme celui  du syndicaliste Michael Agbor au Cameroun, arrêté, détenu et menacé de mort en 2008 pendant une grève parce qu'il demandé 1 euro de plus, sont là pour dissuader les autres de faire pareil.

«Michael est notre messie», avouent plusieurs salariés de Socapalm, mécontents de leurs salaires et de leurs conditions de vie. De peur des représailles, ils restent cependant à l'écart des mouvements des ouvriers. Michael Agbor a fait également profil bas pendant plusieurs jours en janvier. Après que des représentants des autorités camerounaises lui ont glissé : «Si tu continues, on va te tuer.» Il venait de refuser l'augmentation de 3 francs CFA par régime proposée par les sous-traitants. Depuis, ses collègues lui ont conseillé de ne plus travailler dans la plantation.
Fanny Pigeaud (Libération 11 mars 2008)


LES SALAIRES D'ESCLAVAGISTES ONT POUR CONSÉQUENCE
UN GÉNOCIDE SANITAIRE EN AFRIQUE
100 MILLIONS DE BÉBÉS MORTS EN 25 ANS


Des salaires de 1,50 euros dans des pays sous tutelle Franceàfric dans lesquels les infrastructures de santé sont minoritaires font crever les africains par milliers. Les enfants en bas âge sont les plus touchés par cette misère organisée. En 25 ans d'occupation Franceàfric, 100 millions d'enfants sont morts. La mortalité infantile dans ces pays sous occupation militaire française dépasse tous les autres continents  !

"C'est cette année que le total de 100 millions d'enfants morts sera sans doute franchi en Afrique.

Une comptabilité tragique qui ne commence pourtant que 25 ans auparavant.
On voit sur le tableau l'accumulation effroyable du nombre de ces enfants morts. Les nombres en gras sont les données récentes d'un rapport de l'UNICEF" (revactu)






L'espérance de vie est de 52 ans en Afrique dans les territoires de Bolloré !

En Afrique on a 27 années de vie en moins par rapport à un Français !
"Les espérances de vie les plus faibles se trouvent en Afrique subsaharienne (52,9 ans) et en Afrique australe (51,9 ans). A l’opposé, les populations d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord ont les espérances de vie les plus longues (respectivement 80,2 et 78,4 ans). Il y a donc près de 30 années d’écart entre ces deux extrêmes !"Observatoire des Inégalités


Pourtant les progrès sont les mêmes ! Les découvertes en médecine sont universelles ! Mais l'Afrique est un continent condamné par l'Occident... Elle n'a pas le droit de bénéficier des découvertes médicales....

Lire :

Les Africains de 2015 vivent autant de temps que les Français de 1900



IL FAUT REPRENDRE LE COMBAT DE TOUSSAINT LOUVERTURE, D'ABRAHAM LINCOLN, D'HARRIET BEECHER STOWE  ET
STOPPER L' ESCLAVAGE DES SALAIRES A 50 EUROS EN AFRIQUE
1,50 par jour permet de faire beaucoup beaucoup de profits.Les esclavagistes etatsuniens faisaient au 18° et 19° siècle eux aussi de gros profits....Mais certainement moins que ceux de Bolloré, ils ne détenaient pas l'exploitation des plantations d'un continent entier. La situation de l'employé camerounais de Bolloré qui travaille dans les palmeraies est similaire à celle de l'esclave qui travaillait dans les plantations de Louisiane. Quand on a 1,50 par jour pour nourrir sa famille, se loger et se soigner. On n'a même pas la possibilité de prendre un repas par jour (une bouillie sans doute mais pas un repas !) alors on est prisonnier, on a aucune liberté pour changer de vie. On est esclave de sa situation et on crève dans la même situation.

Voici un extrait d'un ancien article qui compare le militantisme antifranceàfric au militantisme des antiesclavagistes du 18°et 19°siècle en Europe et aux Etats Unis.

"Les anti-esclavagistes du XVIIIème siècle militaient pour qu'un homme ne puisse plus être la propriété d'un autre homme.Je milite contre l'esclavage moderne.L'esclavage dans lequel un homme travaille pour 50 euros par mois et ne peut ni manger à sa faim ni se soigner cesse. Togo 32 €, Centrafrique 31,3 €, Tchad 47,5 €, Burkina Faso 42,9 €, Mali 42,3 €Le revenu moyen mensuel dans les pays sous occupation militaire française est catastrophique !Des revenus qui ne permettent pas aux gens de survivreEt ce sont ces régimes dictatoriaux là que la France soutient. Et ce sont dans ces pays que les Bolloré, Bouygues and co ont leur entreprise d'esclavage africain.Au Togo le revenu moyen mensuel est de 41,70 dollars, en Centrafrique de 40,8 dollars, au Tchad de 61,7 dollars, au Burkina de 55,8 dollars, au Mali de 55 dollars ! 
source : le journal du net"

"Intelligence avec une puissance étrangère" une insulte couramment utilisée contre les anti esclavagistes du 18° au 21° siècle



Il faut reprendre le combat d'Harriet Beecher Stowe, l'auteur de la case de l'oncle Tom, de Toussaint Louverture qui a mené la révolte des esclaves à St Domingue, d'Abraham Lincoln qui a aboli l'esclavage aux Etats Unis,  de leaders de révoltes d'esclaves comme le furent de Denmark Vesey en Caroline du Sud en 1822 ou Nat Turner en Virginie en 1831.

Il faut aussi reprendre le combat de ceux qui ont combattu l'esclavage moderne comme fut celui de Thomas Sankara, le plus grand des Africains, assassiné en 1987 par la France, Blaise Compaoré et la CIA.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire