samedi 21 mai 2016

bilan #manif19mai #LeHavre : l'urgence est de désigner 720 000 délégués de base. Pas de faire des blocages


Par Julie Amadis

#IpEaVaEaFaF
Le 20/05/2016




Nous étions 20000 hier au Havre à défiler contre la loi travail. C'est le total annoncé par la CGT.
Paris Normandie écrit :
"12h20. Entre 4 500 et 20 000 personnes au Havre, plus de 3 000 à Rouen
La CGT annonce 20 000 manifestants au Havre (Seine-Maritime) et 8 000 personnes à Rouen, jeudi 19 mai 2016. La préfecture annonce 4 500 personnes au Havre, 2 900 à Rouen et moins d’un millier à Dieppe. Les manifestations se poursuivent. (Normandie Actu)

Les dockers comme d'habitude étaient nombreux. Les jeunes beaucoup beaucoup moins. Un tout petit cortège de 30 proches du PCF. Il n'y a pas eu de réelle mobilisation étudiante au Havre. Les lycéens ont été davantage mobilisés durant ce mouvement mais là ils n'étaient pas nombreux. La majorité des jeunes qui étaient présents étaient donc des militants et sympathisants du Mouvement des Jeunes Communistes. Comme aux précédentes manifestations, nous avons appelé la population à former des groupes de 25 et à se choisir des délégués révocables.

Pancartes : SMIC en Afrique abolir l'esclavage
et
Comités de quartiers révolutionnaires
délégués de base 1 pour 25
 Comme le disait Yanick Toutain jeudi au mégaphone :

"si vous ne faites pas de délégués vous aurez Juppé en 2017".

Nous avons aussi arborés des pancartes anti-Franceàfric comme " 
SMIC en Afrique, abolir l'esclavage".

SANS RÉEL PROCESSUS RÉVOLUTIONNAIRE
LA POPULATION SE RÉSIGNE ET FINIT
PAR ACCEPTER L'ARBITRAIRE


Les organisations syndicales ne veulent pas de délégués révocables. Elles attendent secrètement 2017 et espèrent un nouveau gouvernement de gauche. Un nouveau gouvernement de quelle gauche ? Avec quelles promesses non tenues ?
Elles veulent que Hollande cède et annule la loi mais ne veulent pas que Hollande dégage et encore moins que le peuple prenne le pouvoir.
Alors ils gesticulent. Ils jouent les rebelles en bloquant Le Havre.

DES BLOCAGES A LA PLACE DES DÉLÉGUÉS RÉVOCABLES :
UNE STRATÉGIE DE PERDANT


Les blocages ont été reconduits par l'intersyndicale.
""La zone industrielle du Havre toujours bloquée, risque sur les raffineries.
L’intersyndicale du Havre (Seine-Maritime) a décidé de maintenir le blocage des quatre barrages sur la zone industrielle du Havre, jusqu’à vendredi 20 mai 2016. Tous les ponts d’accès à la zone industrielle de l’agglomération du Havre seront donc bloqués." (Normandie Actu)
Leur logique est de bloquer l'économie au Havre pour faire pression sur les patrons.

Mais ces blocages gênent d'abord l'économie locale, en mettant en colère les petits patrons qui sont touchés par la récession organisée. Or, ce ne sont pas les petits patrons locaux qui sont derrière cette loi travail.
Cette loi obéit aux dictas des plus gros patrons. Eux, se foutent pas mal des blocages au Havre. Ils pourront même racheter à bas prix les entreprises qui coulent.

LES RÉVOLUTIONS POUR QUE LE PEUPLE PRENNE LE POUVOIR

LES BLOCAGES POUR AVOIR DES MIETTES

Par contre, les Français opposés au mouvement sont de plus en plus nombreux car les blocages les énervent.
Un étudiant m'expliquait qu'avant hier, il devait aller à l’hôpital et qu'il avait été contraint de négocier pendant un bon moment pour avoir le DROIT d'aller faire soigner sa fille. Sur 200 mètres, un syndicaliste CGT l'a accompagné puisqu'il puisse passer (l'étudiant me dit que le syndicaliste lui a dit "je vous accompagne parce que sinon ils ne vous laisseront pas passer")
Ce sont des tas de petites anecdotes que les gens se racontent qui discréditent un mouvement. Pour qu'un mouvement social soit réussi, il faut au maximum limiter la gêne de la population pour laquelle on se bat et que l'on cherche à mobiliser.

Les blocages c'est un peu la même logique que celle de casser le local du PS, c'est un geste de désespoir.
Quand on fait une révolution c'est pour que le peuple prenne le pouvoir, on organise la représentativité de la population par un système de délégués et on occupe les bâtiments de pouvoir.
Rien de tout cela n'est fait. A la place, ils bloquent les rues, l'essence ... Tout cela énerve d'abord le Smicard avant de gêner ceux qui ont réellement les manettes, c'est à dire les grands patrons du CAC 40 !

JP MORGAN ET AUTRES BANQUES ONT POUR PROJET DE SUPPRIMER TOUS LES DROITS SOCIAUX DES EUROPÉENS : ILS NE CÉDERONT PAS SANS RÉVOLUTION

Ce n'est pas quelques manifestations et encore moins des blocages de routes qui feront céder le gouvernement. Les gens le savent bien. Ils le ressentent.
Il y avait une certaine résignation chez les manifestants, moins d'enthousiasme que les fois précédentes... Peut être est-ce parce que la proportion de jeunes était moins importante ?
C'est comme si beaucoup de manifestants ne croyaient pas à leur possibilité par leur action et par leur participation aux manifestations de changer le cours des événements. Comme si ils savaient au fond d'eux même que l'affaire était pliée, que la loi travail passerait.

Quand la dynamique n'est pas révolutionnaire - en l'absence d'un système de représentation autre que celui de la bourgeoisie (délégués révocables, CDR, soviets, Archs...) visant la prise du pouvoir du peuple,-  il ne reste plus aux gens que l'espoir qu'un gouvernement capitaliste écoute leur colère et obtempère.
Mais cet espoir est vain quand on sait que le projet de JP Morgan et autres grosses banques américaines est "de transformer une partie de la Formoisie européenne en lumpenprolétariat est mis à exécution actuellement .(Humanologie scientifique postmarxiste Analyse du mouvement contre la loi travail ; un double processus révolisationnaire et révolutionnaire)

Lire :

JPMorgan réclame des régimes autoritaires en Europe (article du groupe US WSWS)


Certains parmi les manifestants espèrent un Mélenchon 2017. Mais pourquoi avoir confiance dans quelqu'un qui a milité pendant 27 ans dans un parti Franceàfric responsable de crimes en Afrique, le PS.
Jean Luc Mélenchon est comme les autres. Il fait de belles promesses pour ensuite finir par céder aux exigences de l'Union Européenne guidées elle mêmes par les banquiers et gros riches comme l'a fait Tsipras en Grèce.

De toutes les façons, chacun sait que la bourgeoisie a choisi Juppé pour 2017.
Il n'y a qu'à écouter la radio, lire les gros titres des journaux regarder la télé pour être au courant.

LES PLUS PAUVRES EN FRANCE NE SONT PAS ENCORE
DANS LES MANIFESTATIONS
MAIS ILS SERONT PRÉSENTS
QUAND LA VRAI RÉVOLUTION DÉMARRERA


Parlant des classes moyennes, un jeune algérien intérimaire chez Renault a dit hier :
"Au bled la révolution ils l'ont en eux..... C'est pas comme ici. Ici les gens faut tout leur expliquer et ils te parlent de leur crédit à payer ..."
En quelques mots il avait illustré la phrase de Karl Marx :
"l'existence détermine la conscience"

Les plus pauvres en France comme dans toutes les révolutions bougeront quand les enjeux en vendront vraiment la chandelle.
Quand le combat est réformiste, ils ne se sentent pas concernés. Ils savent que leurs intérêts ne sont pas les mêmes que la moyenne et haute Formoisie.
Les vrais pauvres en France sont au chômage depuis des années. Ils vivent l'humiliation chaque jour. On leur fait comprendre tout le temps que s'ils sont au chômage c'est qu'ils sont des "incapables". Alors pour eux c'est tout ou rien. Ils ne se battront pas pour des demies mesurettes.

IL FAUT DES DÉLÉGUÉS RÉVOCABLES SI VOUS NE VOULEZ PAS VOUS FAIRE MANGER TOUT CRUS PAR LES PLUS GROS CAPITALISTES 


Nous ne sommes plus dans les années 60, 70. C'est fini le temps où on démarrait un mouvement social pour obtenir rapidement des miettes. On savait qu'à l'arrivée la bourgeoisie allait céder. La Bande Dessinée Les mauvaises gens d'Etienne Davodeau montre très bien cette époque où les rapports de force entre patrons et salariés étaient différents.


Maintenant ni un gouvernement Formois à la tête de l'Etat (comme Tsipras en Gèce) ni des manifestations ne permettent de faire faire demi tour au bulldozer capitaliste. Les banquiers ont décidé de forcer jusqu'au bout, de mettre aux pas les populations européennes. Et ils y arriveront à deux conditions.
1° que les populations ne participent plus à leur mascarade électorale, leur cirque "pseudo démocratique" qui leur permet de poursuivre leur dictature.
2° surtout, que les populations se choisissent elles-mêmes leurs délégués révocables
Telle est l'urgence : partout en France, former des groupes de 25, désigner 720 000 délégués de base pour représenter 18 millions de Français.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire